Un plateau important pour Michel Gouin

Un plateau important pour Michel Gouin
Michel Gouin. (Photo : gracieuseté)

ULTRAMARATHON. Michel Gouin n’a pris part à aucun ultramarathon depuis le début de la pandémie. Cette longue pause lui aura néanmoins permis de récupérer officiellement plusieurs résultats de compétitions manquants au fil du temps.

Ainsi, à l’aube de reprendre la route afin de vibrer au rythme de son sport, Michel Gouin se retrouve avec un total de 103 ultramarathons répertoriés en carrière. Le Drummondvillois de 61 ans est en attente de récupérer deux autres courses de 12 heures courues à Jonquière au début des années 2000.

De fait, Michel Gouin occupe présentement le 25e rang au Canada et la quatrième position au Québec au chapitre du nombre de courses de longues distances complétées. Mieux encore, au niveau des kilomètres effectués en ultramarathon, il détient le troisième échelon canadien et le sommet du classement québécois. À 37 reprises, l’homme de fer a également terminé premier dans son groupe d’âge.

Phil Latulippe et Michel Gouin en 2004. (Photo gracieuseté)

Techniquement, Michel Gouin a donc franchi le chiffre magique de 100 ultramarathons en 2019. Les courses manquantes à son dossier avaient été disputées à une époque où l’informatique était moins développée. Parmi les résultats retrouvés, figure son premier ultramarathon en carrière, à Alma, en 1989. Lors de cette compétition, il avait partagé la route avec l’une de ses idoles, Phil Latulippe.

«Ça aura pris à peu près trente ans pour atteindre la marque des 100 ultramarathons, mais je prévois prendre beaucoup moins de temps avant d’atteindre les 200», a lancé le coureur expérimenté.

En ce qui concerne la double traversée du Canada, qui était initialement prévue en 2021, elle a été repoussée en 2023. Toujours à la recherche de partenaires afin de financer cette aventure, l’homme de fer espère que l’économie aura repris son rythme de croisière d’ici là. Rappelons que les fonds amassés seront remis à la Fondation Michel-Gouin. (JH)

Michel Gouin. (Photo gracieuseté)
Partager cet article