«Un gros soulagement» pour les Cantonniers

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
«Un gros soulagement» pour les Cantonniers
Édouard F. Cournoyer a enfilé le but gagnant en quatrième période de prolongation. (Photo : gracieuseté La Gang des Multis)

HOCKEY. C’est un véritable marathon de hockey dans lequel les Cantonniers et les Grenadiers ont été impliqués, dans la soirée de mercredi à jeudi, au centre multisport de Châteauguay.

C’est finalement un but du défenseur majoriquois Édouard F. Cournoyer en quatrième période de prolongation qui a procuré une victoire de 1-0 aux Cantonniers. En remportant cette série 3-1, la formation magogoise atteint ainsi la demi-finale de la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

«C’était un match incroyable! C’est pour vivre des émotions comme ça qu’on joue au hockey, a commenté Cournoyer. On a travaillé fort et on n’a jamais lâché. Mon lancer en était un parmi d’autres, mais il est rentré. C’était un feeling fou! Ça nous a enlevé un poids sur les épaules. On avait joué un bon match et on ne voulait pas repartir de là-bas les mains vides.»

D’une durée de près de cinq heures, l’affrontement s’est terminé à minuit et demi. Le but de Cournoyer a été inscrit à 8 min et 57 s, lors d’un avantage numérique. L’attaquant drummondvillois Jérémy Lapointe a préparé ce but.

Avec ses 128 min et 57 s de jeu, ce match est devenu le plus long de l’histoire du circuit midget AAA, dépassant ainsi une marque établie en 1996 par les formations de Laval-Laurentides-Lanaudière et Lac-Saint-Louis (103 minutes et 16 secondes).

Ayant fait face à 54 tirs, le gardien drummondvillois Olivier Adam a décroché le jeu blanc. Son vis-à-vis Hugo Chiasson a également été époustouflant, ne cédant que devant le 87e tir dirigé vers lui.

«Ça ne finissait plus! a lancé Olivier Adam. À un moment donné, le stress est parti. La rondelle ne voulait jamais rentrer dans le but, alors j’ai relaxé. Quand on a finalement marqué, c’était un beau moment, mais surtout un gros soulagement. On voulait finir cette série, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver dans un match numéro cinq.»

Olivier Adam montre des statistiques impressionnantes depuis le début des séries éliminatoires. (Photo gracieuseté La Gang des Multis)

Cournoyer n’a pas manqué de saluer le travail accompli par son gardien, qui affiche une moyenne de buts alloués de 0,76 et un pourcentage d’efficacité de 0,966 % depuis le début des séries éliminatoires. «Les deux gardiens étaient à leur mieux. Il faut avoir les nerfs solides pour jouer ce genre de match.»

Adam a également louangé le travail de son coéquipier. «Cournoyer est un joueur très physique. Il est solide défensivement, mais il peut amener de l’offensive. C’est un défenseur assez complet. Je ne suis pas inquiet pour lui : il possède les atouts pour jouer au prochain niveau», s’est dit d’avis le portier de 16 ans.

Revenus à Magog au petit matin, les joueurs des Cantonniers se sont vu accorder un congé d’école jeudi. En demi-finale, les champions en titre de la coupe Jimmy-Ferrari affronteront l’Intrépide de Gatineau à compter de dimanche après-midi, à l’aréna de Magog. Il s’agit d’une série trois-de-cinq.

«Ce sera une autre bonne série, a affirmé Cournoyer. On connaît le style de jeu de Gatineau. C’est une équipe travaillante. Chaque fois qu’on les affronte, ça donne de bons matchs. On sait que si on respecte le plan de match, on a de bonnes chances de l’emporter. On est confiants.»

«Chaque série est plus difficile que la dernière, a renchéri Adam. Je m’attends à des matchs serrés. Ça va jouer physique. Il va falloir qu’on soit dédiés pour l’emporter. Il nous reste encore sept matchs à aller chercher. On possède tous les atouts pour y arriver.»

Un groupe uni

Au premier tour des séries éliminatoires, les Cantonniers avaient balayé les Forestiers d’Amos en trois matchs. En saison régulière, les Magogois (34-3-2-3) ont terminé au deuxième rang du classement général, étant par ailleurs l’unique formation à venir à bout des Chevaliers de Lévis (41-1-0-0).

«Non seulement on a beaucoup de talent, mais tout le monde joue en équipe. On joue du hockey serré et structuré. On n’accorde pas beaucoup de chances de marquer à l’adversaire. Pour un gardien, ça facilite les choses», a expliqué Adam, qui complète sa deuxième saison avec les Cantonniers après avoir gravi la structure des Cascades élites de Drummond/Bois-Francs.

«On n’a pas de trous nulle part, a ajouté Cournoyer. On a beaucoup de profondeur à chaque position. C’est ce qui nous a permis de remporter un match comme celui-là. On est aussi une équipe très unie. Depuis le jour un du camp, il y a une belle chimie entre nous. On y croit, mais on y va un match à la fois.»

Rappelons que la formation dirigée par l’entraîneur-chef Félix Potvin mise sur plusieurs joueurs originaires de la région de Drummondville dans ses rangs. Outre Adam, Cournoyer et Jérémy Lapointe (un espoir du Drakkar de Baie-Comeau), on retrouve les attaquants Tristan Roy et Julien Bourget ainsi que le défenseur Kaylen Gauthier. Ce dernier appartient d’ailleurs aux Voltigeurs, au même titre que le défenseur sherbrookois Jacob Dion.

Objectif LHJMQ

Le mois dernier, Olivier Adam a disputé ses deux premières parties en carrière avec l’Armada de Blainville-Boisbriand au Centre d’excellence Sports-Rousseau.

«C’était une belle expérience, même si on a perdu les deux matchs. La grosseur et la vitesse des joueurs, c’est la principale différence avec le midget AAA. C’est mon objectif de faire le saut dans le junior majeur la saison prochaine», a commenté le choix de sixième ronde de l’Armada, qui a été impliqué dans le fameux discours d’avant-match de l’entraîneur-chef Bruce Richardson devenu viral sur les réseaux sociaux.

De son côté, Édouard F. Cournoyer vise de faire le saut chez les Remparts de Québec dès la saison prochaine. L’équipe de Patrick Roy l’a sélectionné en neuvième ronde au dernier repêchage.

«J’ai hâte au prochain camp. Je vais arriver prêt. L’an dernier, j’ai donné tout ce que j’avais, mais je me suis développé sur plusieurs points cette saison dans le midget AAA. J’ai appris à travailler en équipe, à l’intérieur d’un cadre et d’une structure défensive», a confié le défenseur de 16 ans issu du programme des Sénateurs du Collège Saint-Bernard.

Partager cet article