Les Voltigeurs viennent près de répéter un exploit

Les Voltigeurs viennent près de répéter un exploit

En finale de la classe BB

HOCKEY. La table était mise pour qu’un exploit datant d’il y a 21 ans soit répété au 53e Tournoi international de hockey midget de Drummondville. Les deux équipes hôtesses de la compétition ont toutefois rendu les armes en finale de leur catégorie, dimanche soir, devant des gradins bondés de spectateurs à l’Olympia Yvan-Cournoyer.

Dans le match ultime de la classe AA, les Voltigeurs ont été blanchis 2-0 par les Patriotes de Saint-Eustache. Ayant encaissé un but en début de rencontre, les Drummondvillois ont travaillé d’arrache-pied pour provoquer l’égalité. Les Patriotes ont toutefois tenu le coup avant de marquer sur une échappée en fin de troisième période.

«On a tout fait sauf marquer. Je suis fier de mes joueurs. Ils ont donné tout ce qu’ils avaient. Pour eux, c’était une fierté de représenter Drummondville chez eux. Ils ont vécu quelque chose qu’ils n’oublieront jamais», a commenté l’entraîneur-chef Yann Grenier.

Jusque-là, les Drummondvillois étaient demeurés invaincus en cinq sorties. En demi-finale, quelques heures plus tôt, un but en prolongation de Frédéric Rondeau leur avait procuré une victoire de 5-4 sur les Éclaireurs de Chaudière-Etchemin.

«C’est un parcours exceptionnel. On a gagné des matchs très âprement disputés. On a vécu beaucoup d’émotions en l’espace de trois jours, mais les gars ont bien géré ça», a souligné Grenier.

«On avait dédié ce tournoi à notre gardien, Vincent Meunier, qui a perdu un membre de sa famille. Les gars ont joué pour lui et il a joué pour eux.»

Le mois dernier, les Voltigeurs s’étaient également inclinés en finale du tournoi de Nicolet. «Dans ces deux finales, on a été la meilleure équipe sur la glace. On doit en retenir une leçon. Collectivement, on joue très bien, mais pour passer à la prochaine étape, on doit garder les choses simples», a fait valoir Yann Grenier, dont l’équipe peut notamment miser sur Hugo Lamarche, un attaquant ayant participé au dernier camp d’entraînement des Voltigeurs dans la LHJMQ.

Avec 21 victoires en 29 parties cette saison, les Voltigeurs font partie des meilleures équipes au Québec. Après avoir participé aux tournois d’Alma et de Gatineau, l’équipe tentera de mettre la main sur le championnat provincial.

Rouyn-Noranda s’impose

Dans la classe BB, les Voltigeurs ont été renversés 4-2 par les As de Rouyn-Noranda au terme d’une finale axée sur la vitesse et l’offensive. Les éventuels champions ont brisé l’égalité de 1-1 en marquant deux buts rapides en fin de première période et au début du deuxième tiers. Ils ont notamment réussi deux buts sur des échappées à court d’un homme.

«On affrontait une très bonne équipe, parce que dans leur région, il n’y a pas de midget AA. Ça a donné lieu à un très bon match des deux côtés. Les gars ont tout donné. Ça aurait pu aller d’un bord ou de l’autre», a lancé l’entraîneur-chef Patrick Drapeau, qui aura vu son équipe dominer ses adversaires 37-12 au chapitre des buts en six parties pendant la compétition.

En matinée, les Drummondvillois avaient écrasé les Condors de Mauricie-Est 7-0 en demi-finale, tandis que la veille, ils étaient sortis vainqueurs 6-4 d’un duel émotif contre les Amiraux de Nicobec. C’est la deuxième année consécutive que les Voltigeurs s’avouent vaincus en finale du tournoi drummondvillois.

«C’est notre tournoi et c’est le plus gros au Québec. Chaque année, j’enseigne aux gars à être prêts pour ce moment-là. Ils ont répondu avec beaucoup de caractère. Je suis bien fier d’eux», a affirmé Patrick Drapeau.

N’ayant subi que deux défaites en 28 parties cette saison, les Voltigeurs seront en action au tournoi d’Alma dès jeudi. L’équipe figure parmi les favorites pour remporter la coupe Dodge.

La seule fois que les deux équipes hôtesses ont remporté le Tournoi midget de Drummondville dans les classes AA et BB, c’était en 1996.

Un pari réussi

Ayant choisi de tenir la majorité des matchs à l’Olympia Yvan-Cournoyer plutôt qu’au Centre Marcel-Dionne, les organisateurs du tournoi estiment avoir réussi leur pari.

«Tout le monde semble avoir apprécié cette nouvelle formule. L’aréna était souvent plein. Il y avait une belle ambiance, notamment grâce aux spectacles présentés dans l’igloo et dans le hall d’entrée. Et avec deux équipes de Drummondville qui ont atteint la finale, le scénario était parfait», a commenté le responsable des communications de l’événement, Yves Chabot.

Quant à la possibilité de revoir des équipes midgets AAA du Québec ou de l’extérieur du pays, elle ne fait plus partie des priorités des organisateurs. Misant davantage sur le nombre d’équipes participantes plutôt que sur l’aspect élite, le tournoi qui n’a plus d’international que le nom est maintenant devenu un véritable happening familial.

«Aujourd’hui, tout le monde peut voir des équipes internationales à la télévision. On ne cherche plus absolument à en attirer. Quant aux équipes AAA du Québec, ce sera à elles de nous approcher si elles veulent faire un retour», a conclu Yves Chabot.