Un premier départ en Coupe du monde

Un premier départ en Coupe du monde

Elliot Vaillancourt

Crédit photo : gracieuseté Action Media Projects

SKI ACROBATIQUE. À l’âge de 18 ans, Elliot Vaillancourt s’apprête à effectuer son premier départ sur le circuit de la Coupe du monde de ski acrobatique.

À la suite de ses résultats lors de la sélection canadienne, Vaillancourt a décroché l’une des trois places disponibles pour les deux étapes de la Coupe du monde en sol canadien. Le Drummondvillois sera en action à Calgary, le 6 janvier, ainsi qu’au Mont Tremblant, le 20 janvier.

«Je vais là-bas comme un négligé. Je n’ai pas d’objectifs précis et je ne me mettrai pas de pression inutile sur les épaules.

Je suis très excité de pouvoir vivre l’ambiance d’une Coupe du monde. J’y suis allé deux fois à Val Saint-Côme en tant qu’ouvreur de piste, mais jamais en tant que compétiteur», a lancé le nouveau membre de l’équipe nationale.

Elliot Vaillancourt (Photo gracieuseté Action Media Projects)

Lors de la sélection canadienne tenue à Apex, en Colombie-Britannique, Vaillancourt a lutté avec ses six coéquipiers de l’équipe canadienne pour l’obtention d’une place en Coupe du monde. Au lendemain d’une cinquième position, il a atteint son objectif en montant sur la troisième marche du podium, une première pour lui lors de cette compétition.

«J’étais très confiant même si la pression était bien présente tout au long du week-end. J’ai été continuellement parmi les temps les plus rapides, mais j’ai eu de la difficulté avec mon saut en bas de parcours, le Cork 720, ce qui m’a coûté cher» a expliqué celui qui poursuit ses études au collège Laflèche de Trois-Rivières.

La sœur d’Elliot, Sandrine Vaillancourt, a également pris part à la sélection canadienne, atteignant la finale lors de la deuxième journée.

«Je suis très satisfaite de ma performance. En finale, j’ai réussi à faire ma meilleure descente de la fin de semaine avec deux bons sauts et de bonnes reprises», a-t-elle noté.

«À l’entraînement avant la compétition, j’ai réussi un nouveau saut en bas de parcours, soit un back avec mes deux mains sur mes skis. C’est un saut avec un degré de difficulté plus élevé qui va me donner plus de points», a ajouté la Drummondvilloise de 16 ans.

À sa deuxième année au sein de l’équipe de développement du Québec, Sandrine Vaillancourt s’est taillée une place en vue des deux premières compétitions sur le circuit NorAm, le 27 janvier, à Val-Saint-Côme, et le 3 février, à Killington, au Vermont. D’ici là, elle participera à une manche de la Coupe Canada, le 13 janvier, en Ontario.