Le projet stagne

Le projet stagne

Photo générale

OPINION. Depuis un an, j’ai frappé à toutes les portes des promoteurs de la ville. 

Aucun ne veut faire l’effort de demander une dérogation pour un zonage de mini-maisons. Il n’y a que Dominic Mercier de Gestion Fauvel qui croit en ce projet, mais il n’a pas de terrain dans l’immédiat. En attendant, je poursuis mes recherches.

Il serait tellement plus facile d’avoir un lot de terrains avec les services d’aqueduc et d’égout mais ces terrains appartiennent aux promoteurs qui refusent l’accès à la propriété pour des futurs propriétaires qui sont sensibles à la dégradation de notre planète. Des personnes plus écologiques qui souhaitent des maisons plus petites et plus vertes. Qui veulent réduire leur empreinte écologique par des panneaux solaires, des potagers…

Ces maisons permettraient un plus grand accès à la propriété. Plutôt que de dépenser dans une énorme hypothèque, ces citoyens auraient davantage à verser chez les commerçants locaux (cinéma, restaurant, festivals, boutiques, pubs, plein air…)

Ceux qui souhaitent une maison plus verte et plus autonome ne veulent pas une cabane comme l’esprit populaire le croit.

À l’heure où je vous écris, 20 citoyens de Drummondville entament des démarches sérieuses pour acheter des terrains à l’extérieur de la ville puisqu’ici rien n’a été possible.

 

Linda Desmarais
Citoyenne de Drummondville
Instigatrice du projet Mini-Maisons à Dummondville