Le Capitol est prêt à ouvrir ses portes si le gouvernement  l’autorise

Photo de Emmanuelle LeBlond
Par Emmanuelle LeBlond
Le Capitol est prêt à ouvrir ses portes si le gouvernement  l’autorise
Le cinéma Capitol est fermé depuis la mi-mars en raison de la pandémie du coronavirus. (Photo : archives - Ghyslain Bergeron)

CINÉMA. Le cinéma Capitol à Drummondville est prêt à ouvrir ses portes à compter du 27 février, au courant de la semaine de relâche, si le gouvernement provincial l’autorise.

Plusieurs médias nationaux ont révélé des détails concernant la conférence de presse de François Legault, qui est prévue aujourd’hui à 17h. Si la tendance se maintient, les salles de cinéma ouvriraient leurs portes dès la semaine prochaine.

Pour sa part, la directrice du Capitol, Annie Hamel, se dit à la fois étonnée et ravie. «Depuis ce matin, il y a plusieurs personnes qui m’appellent ou qui m’écrivent pour savoir si la nouvelle est vraie. Sur le coup, je me demandais ce qu’il se passait. Guillaume Venne [copropriétaire des Cinémas RGFM] m’a envoyé l’article de La Presse. J’étais surprise parce qu’on s’attendait à ouvrir après la relâche», raconte-t-elle.

Rappelons que les salles de cinéma situées en zones rouges sont fermées depuis le mois de septembre. «Nous sommes prêts à rouvrir. Si François Legault annonce ça ce soir, je recommence à travailler à partir de demain», soutient-elle, avec aplomb.

La directrice s’attend à ce que cette prochaine réouverture soit différente. «On va être restreint au niveau des bancs. Les procédures avec les masques vont avoir changé. De ce que j’ai compris, les masques chirurgicaux seront exigés. Les masques artisanaux ne seront pas autorisés.»

«Le couvre-feu va être encore là. À 19h30, il va falloir que tout le monde soit parti pour être à la maison à 20h. On va être capable de composer facilement avec ça.»

Dans tous les cas, Annie Hamel est convaincue que les cinéphiles seront au rendez-vous. «Je ne suis pas inquiète. Les gens sont chez eux depuis longtemps. Ils vont avoir hâte de faire autre chose. Je pense qu’il va avoir une bonne réponse», prononce-t-elle, en précisant que la semaine de relâche représente l’une des semaines les plus achalandées de l’année.

Dans les prochains jours, la directrice planchera sur la programmation. «Dans la mesure de ce qui est disponible, on va s’arranger pour avoir des produits qui vont amener des gens. On va y aller avec ce qu’il y a. Il faut être réaliste. On n’y aura pas de gros films américains parce que leurs tournages ont été retardés. Sans contredit, il y aura des films pour les enfants.» Les productions québécoises seront aussi prises en considération.

Même si la réouverture s’annonce réussie, le recrutement de personnels représentera un défi. «Il y a des employés qui se sont trouvé des emplois ailleurs. Mon plus gros défi va être de recommencer en formant de nouvelles personnes. Puisqu’on va probablement avoir des plages horaires plus courtes, ça va nous donner une chance pour ne pas brûler le personnel.»

Partager cet article