Plus d’une vingtaine de ménages toujours sans logement dans Drummond

Photo de Jean-Pierre Boisvert
Par Jean-Pierre Boisvert
Plus d’une vingtaine de ménages toujours sans logement dans Drummond
Plusieurs ménages cherchent toujours un loyer à deux jours du premier juillet. (Photo : Deposit)

LOGEMENT. Pas moins de 25 ménages n’ont toujours pas de quoi se loger dans Drummond, à deux jours de la date fatidique du 1er juillet, selon le Service d’aide à la recherche de logement (SARL) de l’Office d’habitation Drummond.

Les statistiques mises à jour ce matin par l’OHD indiquent en effet que le SARL a reçu 183 demandes d’aide. De ce nombre : 25 sont toujours sans logements pour le 1er juillet; 94 sont parvenus à se loger; 10 sont actuellement en hébergement temporaire auprès d’organismes communautaires, chez des amis ou de la famille; et 25 autres sont en recherche active sans être à risque de se trouver sans logement, la raison étant qu’ils ont un bail au mois et peuvent toujours le prolonger.

«Nous vivons une crise du logement à Drummondville, les chiffres nous le démontrent», affirme David Bélanger, directeur général de l’OHD. «Le point d’équilibre est un taux d’inoccupation de 3 %, quand il est à 2 % on parle d’une crise et nous sommes actuellement tout juste un peu au-dessus de 1 %. La situation est critique pour ces personnes qui n’ont pas de logement, au moment où l’on se parle, car la situation évolue très rapidement. Ce soir, les statistiques seront probablement différentes».

À pareille date l’an dernier, on parlait d’une demi-douzaine de ménages en situation critique.

Le Service d’aide à la recherche de logement, mis sur pied en 2019, poursuit d’intenses efforts pour dénicher un appartement à la fois libre et abordable.

«On fait des appels auprès de propriétaires qui n’auraient pas fait d’annonce pour un logement à louer. On se sert de nos contacts et ça donne de bons résultats généralement. Nous serons ouverts le 1er juillet pour continuer notre travail. Parmi ces gens qui cherchent, on a de tout, des familles nombreuses, des personnes seules ou d’autres qui ont un problème avec leur historique de crédit», fait-il remarquer, invitant les propriétaires qui auraient des logements vacants ou prochainement vacants à contacter l’OHD. «Cela pourrait faire une énorme différence pour des gens dans le besoin».

Selon David Bélanger, la pandémie de COVID-19 a accentué les difficultés qu’éprouvaient déjà plusieurs personnes à se loger dans ce contexte de rareté des logements. «Le confinement a compliqué les recherches. Il y a du monde qui trouvait dangereux d’aller visiter des appartements et ils ont retardé leurs déplacements».

À prix abordable?

Le problème de la disponibilité vient aussi avec celui de l’abordabilité. «Le prix des logements ne va pas en diminuant. Le danger est qu’une famille qui n’a pas trouvé son logement à la fin juin risque d’en prendre un à un coût trop élevé par rapport à ses revenus, d’où une perte de la qualité de vie. Il est évident que Drummondville est une ville en croissance mais le locatif n’a pas suivi la même courbe», explique-t-il.

Si les solutions à court terme sont difficiles à identifier, l’Office d’habitation Drummond voit à plus long terme et l’une des possibilités est que l’organisme puisse procéder à l’achat d’immeubles existants. «Faire construire un immeuble est trop dispendieux et on regarde l’option d’en acheter un qui est à vendre, avec l’aide des trois paliers de gouvernement et des institutions bancaires qui nous accorderaient un bas taux de financement», de proposer David Bélanger.

Les personnes qui éprouvent des difficultés à se trouver un logement doivent communiquer avec l’OHD qui a des outils pour leur venir en aide.

L’Office d’habitation Drummond peut être contacté au numéro 819-474-1227 option 9. Ses services sont gratuits et offerts à tout citoyen de la MRC Drummond. Mentionnons que le SARL est un projet réalisé par les Alliances pour la solidarité, en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et la MRC Drummond.

À lire également : «C’est la pointe de l’iceberg» 

Partager cet article