Marcel Dionne : «C’est le hockey à son meilleur!»

Photo de Mathieu Fontaine
Par Mathieu Fontaine
Marcel Dionne : «C’est le hockey à son meilleur!»
Marcel-Dionne lors d'un match des anciens au Centre Marcel-Dionne en octobre 2010. (Photo : archives, Ghyslain Bergeron)

(NDLR) Dans le cadre de la sortie du livre La partie n’est pas terminée : l’épopée du plus grand tournoi de hockey pee-wee au monde, L’Express propose une série des textes sur des équipes et des hockeyeurs drummondvillois qui ont marqué le Tournoi international pee-wee de Québec.

HOCKEY. Peu de joueurs pourront se vanter d’avoir participé au Tournoi international pee-wee de Québec à trois reprises. C’est toutefois le cas de l’ex-vedette de la Ligue nationale de hockey (LNH), Marcel Dionne, qui a accepté de replonger dans ses souvenirs d’enfance lors d’une entrevue téléphonique avec L’Express.

Marcel Dionne dans l’uniforme des Rangers de Drummondville en 1968. (Photo d’archives, L’Express)

Ayant commencé à jouer au niveau pee-wee dès l’âge de huit ans, M. Dionne aurait pu participer au prestigieux tournoi à quatre reprises, mais ses entraîneurs n’avaient pas voulu le laisser jouer lors de sa première saison.

Ce faisant, il a pris part à l’événement entre 1962 et 1964, sans jamais avoir la chance de remporter les grands honneurs. Malgré tout, il ne garde que de bons souvenirs du Tournoi pee-wee de Québec.

«C’est le hockey à son meilleur! Que ce soit l’histoire, le bonhomme Carnaval, l’attention médiatique, les équipes de l’extérieur, tout a toujours été impressionnant. Ce sont des moments inoubliables», se rappelle celui qui a fait la pluie et le beau temps dans la LNH, amassant 1771 points 1348 matchs.

«On jouait devant des foules de près de 10 500 personnes. Il faut que j’avoue que ça m’a été utile, parce que c’est là-bas que j’ai appris à signer des autographes», a-t-il poursuivi sur un ton humoristique.

Des adversaires bien connus

Au fil des ans, Marcel Dionne a eu la chance de voir plusieurs joueurs prometteurs à l’œuvre lors de ce prestigieux événement. C’est le cas, entre autres, de Guy Lafleur et Gilbert Perreault, deux patineurs qui possédaient déjà un talent hors pair selon le principal intéressé.

Marcel Dionne avec les Black Hawks de St. Catharines. (Photo d’archives, L’Express)

«J’ai joué contre eux pendant mon passage au hockey mineur, mais jamais à Québec, se souvient-il. Je suis allé voir leurs matchs, parce que je les connaissais déjà. Guy (Lafleur) jouait dans la classe C avec Thurso et Gilbert (Perreault) dans le B, avec Victoriaville. Ces gars-là étaient déjà impressionnants! Guy avait un lancer foudroyant pour un joueur de cet âge et Gilbert était un excellent manieur de rondelle et il avait des habiletés hors de l’ordinaire.»

Ainsi, les trois joueurs ont marqué cette époque où les matchs étaient peu nombreux. D’ailleurs, encore aujourd’hui, M. Dionne se considère chanceux d’avoir pu participer à ce tournoi. «Québec a toujours été un des plus gros tournois dans la province et j’ai été privilégié d’y aller trois fois. Dans le temps, il n’y avait pas beaucoup d’événements comme ça. En plus, on jouait seulement 12 parties par année! C’est à se demander comment on a fait pour jouer dans la Ligue nationale», a lancé Marcel Dionne, à la blague.

Un tournoi renommé

Depuis maintenant 60 ans, le Tournoi pee-wee de Québec réunit des joueurs de partout dans le monde et laisse rarement les participants indifférents. D’ailleurs, Marcel Dionne avoue qu’à chaque fois qu’il croise un joueur y ayant déjà participé, la nostalgie refait surface.

Marcel Dionne a joué 19 saisons dans la LNH, dont quatre avec les Red Wings de Détroit. (Photo d’archives, L’Express)

«Tout au long de ma carrière dans la LNH, j’ai rencontré des gars de partout qui avaient déjà joué à Québec. Chaque fois, nous commencions tout de suite à nous raconter nos meilleurs souvenirs du tournoi. C’était immanquable», affirme-t-il.

En plus d’y participer à titre de joueur, Marcel Dionne a renoué, il y plusieurs années, avec le Tournoi pee-wee de Québec, mais, cette fois-ci, en tant que spectateur. «Mon fils a joué avec les Rangers de New York il y a plusieurs années. Ça m’a rappelé de bons souvenirs! Quand on va là-bas, nous sommes bien traités, l’atmosphère est bonne, et le plaisir est toujours au rendez-vous», a conclu celui qui est maintenant propriétaire d’un magasin d’articles sportifs et d’un restaurant à Niagara Falls, en Ontario.

Pour terminer, mentionnons que Marcel Dionne sera présent au Tournoi pee-wee de Québec, les 15 et 16 février, pour rencontrer les participants et signer des autographes… «comme dans le temps!»

À lire également : 

Les Aramis-Kiwanis et Luc Dubé ont marqué le Tournoi pee-wee de Québec

Partager cet article