Duvernay-Tardif : «Créer un écosystème pour que nos jeunes s’épanouissent à l’école»

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Duvernay-Tardif : «Créer un écosystème pour que nos jeunes s’épanouissent à l’école»
Laurent Duvernay-Tardif, porte-parole des JPS, Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l’UMQ, Alain Desruisseaux et Caroline Dion, de la TRECQ, ainsi que des membres du premier Conseil jeunesse de la MRC d’Arthabaska. (Photo : Jonathan Habashi)

PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE. Laurent Duvernay-Tardif incarne la persévérance scolaire à merveille. Pas étonnant que le footballeur professionnel et diplômé de médecine à l’Université McGill ait été désigné comme porte-parole des Journées de la persévérance scolaire qui battent leur plein cette semaine.

Véritable modèle de persévérance pour les jeunes, mais aussi pour l’ensemble de la population, Laurent Duvernay-Tardif était de passage à la bibliothèque publique de Drummondville, mardi, répondant ainsi à l’invitation de la Table régionale de l’éducation du Centre-du-Québec. Dans le cadre d’une activité précédant la conférence de presse, le numéro 76 des Chiefs de Kansas City a lancé un message à quelques jeunes littéralement pendus à ses lèvres.

«Tout jeune a quelque chose qui l’attache à l’école. Il doit simplement trouver sa passion, la raison pour laquelle l’école est stimulante pour lui. C’est ce sentiment-là qu’on doit cultiver si on veut que nos jeunes s’épanouissent. C’est important que les jeunes fassent ce travail, mais aussi que les enseignants le fassent en créant un écosystème qui ferait en sorte que nos jeunes s’épanouissent à l’école», a lancé l’athlète format géant qui vient de célébrer son 28e anniversaire de naissance.

Laurent Duvernay-Tardif (Photo : Jonathan Habashi)

Le parcours hors du commun de Duvernay-Tardif pouvant sembler inaccessible pour la plupart des jeunes qui se questionnent sur leur avenir, ce dernier les a invités à se fixer des objectifs réalistes. «Ce n’est pas tant les projets que tu as accomplis qui comptent, mais plutôt ce qu’ils représentent pour toi. Parfois, pour un jeune, juste de se mettre un objectif devant lui, par exemple de passer son année scolaire, de se faire des amis ou d’intégrer une équipe sportive, c’est ce qui peut faire la différence au bout du compte. C’est ce que j’encourage les jeunes à faire : se trouver une passion, se trouver des projets, et de s’épanouir à travers ça», a souligné celui qui a créé la Fondation Laurent Duvernay-Tardif, dont la mission est de promouvoir l’équilibre entre les sports, les arts et les études auprès des jeunes.

Au passage, le sportif émérite et universitaire accompli a également lancé un message de mobilisation aux élus québécois, les invitant à poser des gestes concrets pour la réussite éducative. «D’un point de vue plus macro, nos élus municipaux et nos députés doivent aussi s’assurer de créer un environnement de travail qui est stimulant pour nos jeunes. Que ce soit à l’aide de pistes cyclables ou d’espaces verts dans une municipalité, d’infrastructures sportives dans les cours de récréation, de bibliothèques pour favoriser la lecture : il y a plein de moyens concrets qui sont des gestes positifs dans la réussite scolaire de nos jeunes.»

Joignant sa voix à celle de Duvernay-Tardif, le maire de Drummondville et président de l’Union des municipalités du Québec, Alexandre Cusson, s’est dit d’avis que les élus municipaux peuvent faire une réelle différence pour les jeunes.

«Laurent est un exemple incroyable en termes de persévérance scolaire. Pour les jeunes, c’est important de se fixer des objectifs à la hauteur de ce qu’on est capable d’atteindre et de pouvoir compter sur un milieu qui nous appuie. Évidemment, tous nos jeunes ne deviendront pas des footballeurs et des médecins, mais ils sont appelés à trouver ce défi-là : c’est quoi être footballeur ou médecin pour eux?»

«C’est aussi à nous comme société de les appuyer. J’encourage mes collègues partout au Québec à s’impliquer pour l’éducation pour créer des conditions favorables à la persévérance scolaire. C’est ça notre rôle comme élu municipal», a ajouté le maire Cusson.

Composée de représentants du milieu de l’éducation, la Table régionale de l’éducation du Centre-du-Québec collabore avec plusieurs partenaires pour mettre en œuvre des projets répondant aux besoins de formation et de réussite éducative dans la région.

Quelques initiatives municipales favorisant la persévérance scolaire dans la MRC de Drummond

– Le partenariat mis de l’avant par la Ville de Drummondville et l’Université du Québec à Trois-Rivières afin de permettre l’avènement d’un campus universitaire sur son territoire.

– La revitalisation du quartier Saint-Joseph par la Ville de Drummondville dans le but de mieux répondre aux besoins des résidents.

– Le réaménagement, par la municipalité de Saint-Bonaventure, du parc des écoliers afin d’en faire un parc intergénérationnel.

À lire également : 

Classes modulaires : «C’est inacceptable!», réagit Cusson

Partager cet article