Le célibat vu par Mathieu Gratton

Le célibat vu par Mathieu Gratton
Avec son spectacle «À la recherche de la femme imparfaite»

C’est un volet de sa vie privée que Mathieu Gratton dévoile avec son spectacle intitulé «À la recherche de la femme imparfaite». En fait, c’est une version romancée, épicée, ajoutée, mais qui prend somme toute racine dans sa réalité de célibataire. Non recommandée aux moins de 16 ans, cette prestation fera certainement son effet lorsqu’elle sera présentée à nouveau au Cabaret Box Office, les 9, 10, 16, 17 23 et 24 juillet, dès 20 h.

En effet, ce ne sera pas la première fois que Gratton foulera les planches du «Box» avec Karine Lagueux, la comédienne qui endosse huit personnages féminins pour les besoins de la cause. En janvier, le comique y avait donné six représentations avant d’aller le présenter en grandes pompes à Montréal, fort de la réponse positive obtenue par les Drummondvillois. À 34 ans, l’auteur affirme qu’il n’est pas du genre à présenter 300 fois le même spectacle. «Je respecte ceux qui le font, mais moi, j’ai souvent besoin de changement, affirme-t-il. D’ailleurs, je suis déjà en train d’écrire un nouveau spectacle. Je ne veux pas trop en parler pour l’instant, mais disons que… je pense avoir trouvé un bon filon! Chose certaine, ce sera un spectacle solo.»

Comme un ermite

Afin de créer une ambiance propice à l’écriture de sa plus récente pièce, Mathieu Gratton a choisi de s’isoler dans un appartement du Vieux-Montréal duquel il ne pouvait pas sortir. La raison est fort simple : seule son amie Anne-Marie Losique avait en sa possession la clé des lieux.

«J’ai passé sept jours dans cet appartement à écrire de façon intensive. Si je sortais, je ne pouvais plus rentrer. Anne-Marie a eu la gentillesse de m’apporter de quoi manger et boire. J’ai évidemment aussi pris aussi le temps de discuter avec elle des relations hommes-femmes. Mon spectacle, je l’ai construit à partir d’une phrase qu’elle m’a dit : «Moi, le sexe, je n’en parle pas, je le fais.» Au total, durant cette période d’isolement volontaire, j’ai écrit environ 80 pages», raconte le jeune humoriste.

Des 80 pages écrites, Mathieu Gratton en a retranché une vingtaine dans le processus d’épuration. «Au fond, je parle de ma vie de célibataire. C’est ma vie en solitaire après ma vie de couple (il était avec l’animatrice Patricia Paquin). J’aborde différents sujets, comme les réseaux sociaux sur Internet, les handicapés, les tests de dépistage pour les MTS. Il y a beaucoup d’autodérision. Je joue un gars maladroit, sympathique et désemparé», indique-t-il.

Partager cet article