Exagération concernant le bruit de l’école de pilotage, selon le copropriétaire

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Exagération concernant le bruit de l’école de pilotage, selon le copropriétaire
Select Aviation est une école de pilotage qui se trouve à l’aéroport de Drummondville. (Photo : Erika Aubin)

AVIATION. Daniel Cyr, copropriétaire de Select Aviation, a profité de la journée porte ouverte pour s’exprimer sur le débat qui entoure l’école de pilotage. Selon lui, les citoyens qui se plaignent du bruit «exagèrent».

«Je ne prétends pas qu’on ne fait pas de bruit, mais il faut faire la part des choses. Dire que les avions produisent un bruit insoutenable, c’est de l’exagération. Comme toutes entreprises, il y a des côtés positifs et des négatifs», est d’avis Daniel Cyr, qui a confirmé respecter les normes imposées par Transports Canada. Selon ses dires, «il y a eu des études de bruit qui ont été faites et que la Ville n’a pas publiées».

L’école de pilotage ouvrait ses portes aux curieux aujourd’hui. De nombreux Drummondvillois ont pris part à la journée

Les plaintes de certains citoyens, résidant près de l’aéroport de Drummondville, au sujet du bruit ont été entendues par la Ville qui négocie actuellement pour relocaliser l’école de pilotage. Un règlement qui a pour objet d’interdire l’usage «école de pilotage et activités connexes» devrait être adopté lors de la prochaine séance du conseil, le 19 août.

Select aviation, qui bénéficie d’un droit acquis, n’a toujours pas décidé si l’école de pilotage déménagerait ou non. Toutefois, elle a en tête des projets d’expansion pour son futur, vu la demande croissante pour de nouveaux pilotes et ce, à travers le monde.

«Notre objectif est de trouver un compromis valable pour tout le monde. Nous ne sommes pas venus nous installer à Drummondville pour nous faire montrer la porte. Il faut discuter intelligemment et nous sommes prêts à faire des efforts pour accommoder les citoyens, s’ils sont eux aussi prêts à en faire», explique Daniel Cyr.

D’ailleurs, depuis le dépôt des premières plaintes, l’école de pilotage a mis en place des solutions pour tenter de réduire la nuisance sonore. «Par exemple, on ne fait plus de posé-décollé — soit l’atterrissage suivi immédiatement d’un décollage dans le but de former les pilotes à atterrir — pendant la nuit, les weekends et les jours fériés. Cela n’a jamais été publicisé par la Ville et ça me désole», lance M. Cyr.

D’après le propriétaire, le débat entourant l’école de pilotage offre une bien mauvaise presse pour les entreprises voulant s’installer à l’aéroport de Drummondville.

Rappelons qu’en 2016, la Ville a procédé à des travaux de réfection de la piste d’atterrissage au coût de 5 M$ (NDLR : Drummondville a reçu une subvention de 3 M$ de Développement économique Canada). «Une partie des travaux ont été payés avec les taxes des Drummondvillois. On voulait promouvoir la piste d’atterrissage et ainsi amener de l’économie autour de ce projet. Il semble y avoir un changement d’opinion, pense Daniel Cyr.

Disons que pour les éventuels commerces qui voulaient venir s’installer ici, ça n’annonce surtout pas “Bienvenue”».

Les étudiants de Select Aviation proviennent de partout dans le monde.

Select Aviation

Alors que Select Aviation ouvrait ses portes à tous aujourd’hui, de nombreux Drummondvillois, curieux pour le domaine de l’aviation, se sont déplacés à l’aéroport et ont pu constater des activités de l’école de pilotage.

L’institution, reconnue par le ministère de l’Éducation, accueille une centaine d’étudiants de partout dans le monde. Si environ 15 % des étudiants sont des Québécois, les autres proviennent de plusieurs endroits tels que l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud. «C’est un nuage d’argent pour Drummondville. Avec tout ce qui se passe actuellement, je me fais contacter par des villes qui aimeraient que j’y installe l’école de pilotage, car elles savent que les retombées économiques sont considérables», conclut Daniel Cyr.

Au départ, Select Aviation avait choisi la Ville de Drummondville, car l’aéroport offrait un accès à un plan d’eau pour l’atterrissage des hydravions.

Select Aviation possède deux simulateurs de vol.
Partager cet article