Rodrigue : «Excité de travailler avec mon père»

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Rodrigue : «Excité de travailler avec mon père»
La fierté se lit sur les visages d'Olivier Rodrigue et de son père Sylvain. (Photo : Twitter des Oilers)

HOCKEY. Les Oilers d’Edmonton tenaient tant à Olivier Rodrigue qu’ils ont transigé avec les Canadiens de Montréal pour mettre le grappin sur le gardien des Voltigeurs de Drummondville, samedi, en deuxième ronde du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) tenu à Dallas.

Après avoir vu ses coéquipiers Nicolas Beaudin et Joe Veleno être choisis en première ronde, la veille, Rodrigue a rejoint son père Sylvain chez les Oilers. L’homme de hockey agit comme responsable du développement des gardiens au sein de l’organisation albertaine.

En entrevue sur les ondes de TVA sports, Rodrigue n’a pas caché sa fierté et ses émotions.

«Je fais juste pleurer depuis tantôt! Je ne m’étais pas fait d’attentes, mais c’est vraiment très spécial de rejoindre mon père. Mes parents sont mes modèles. Je ne serais pas rendu là sans eux. J’ai aussi une pensée pour mon grand-père, qui a subi une opération il y a deux mois. Il est mon idole», a confié le jeune homme de 18 ans natif du Saguenay.

Au cours de la dernière saison, Sylvain Rodrigue s’est retiré du processus de recrutement chez les Oilers. Dans une entrevue diffusée sur le site de l’organisation, l’ancien gardien et instructeur des Saguenéens de Chicoutimi s’est dit fier et choyé par la tournure des événements.

«Premièrement, c’est le fun! En même temps, c’est étrange… Je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est une surprise, même si on en a déjà parlé avant. Maintenant que c’est arrivé, c’est un sentiment génial!», a lancé le paternel avec un large sourire accroché au visage.

«Je suis excité de travailler avec mon père. J’ai toujours voulu être comme mon père. J’ai toujours regardé les gardiens et j’ai toujours pensé comme un gardien», a renchéri Olivier, en se décrivant comme un cerbère technique, calme et doté d’une bonne lecture du jeu, à l’image de Carey Price.

Pour s’assurer d’obtenir Rodrigue fils, les Oilers ont cédé deux choix (71e et 133e rangs) aux Canadiens en retour du dernier choix de la deuxième ronde (le 62e au total). «Rodrigue a le potentiel pour devenir un gardien numéro un», a affirmé le directeur du personnel des joueurs des Oilers, Bob Green.

Olivier Rodrigue (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)

Classé au sommet des espoirs chez les gardiens nord-américains, Rodrigue est devenu le deuxième homme masqué réclamé lors de ce repêchage après le Suédois Olof Lindbom au 39e échelon. C’est donc dire que le premier Québécois repêché à chaque position (gardien, défenseur et attaquant) est issu de l’organisation des Voltigeurs.

Ayant défendu les couleurs du Canada sur la scène mondiale des moins de 18 ans à deux reprises au cours de la dernière année, Rodrigue fera son entrée chez les professionnels dès mardi, dans le cadre du camp de développement estival des Oilers disputé à Edmonton.

Interviewé par L’Express en 2016, Sylvain Rodrigue avait révélé qu’il prodiguait rarement des conseils techniques à son fils. «Je veux rester le père d’Olivier. Je veux qu’on vive une relation père-fils, pas coach-joueur. Je ne veux pas me mêler de sa carrière. C’est pourquoi j’ai appris à faire confiance aux entraîneurs de ses équipes. Quand il a dû trancher entre les collèges américains et la LHJMQ, je l’ai laissé faire son choix. Le seul endroit où je le pousse, c’est pour l’école. Pour moi, c’est un aspect non négociable», avait alors confié cet enseignant de carrière.

Sylvain Rodrigue déménagera bientôt à Bakersfield, où est situé le club-école des Oilers dans la Ligue américaine, afin de veiller au développement des gardiens de l’organisation.

Bernard réclamé par les Devils

Xavier Bernard (Photo : Twitter des Devils)

De son côté, le défenseur Xavier Bernard a été réclamé en quatrième ronde (110e rang au total) par les Devils du New Jersey. L’athlète de 18 ans originaire de Mercier est donc devenu le quatrième membre des Voltigeurs à être choisi lors de ce repêchage. Cette impressionnante récolte égale un record d’équipe réalisé en 1988, 1991 et 1995.

«C’est un rêve qui devient réalité. Et le rêve ne fait que commencer!», a lancé Bernard à la journaliste Amanda Stein, en ajoutant qu’il modèle son jeu sur celui de Marc-Édouard Vlasic, des Sharks de San Jose.

Chez les Devils, qui misent notamment sur le recruteur québécois Pierre Mondou, Bernard rejoint un ancien membre de l’organisation des Voltigeurs en Alain Nasreddine, qui agit comme entraîneur-adjoint de l’équipe. Cet ancien défenseur a évolué à Drummondville entre 1991 et 1993.

Guay, Lynch et Duquette invités

N’ayant pas trouvé preneur pendant le repêchage, Nicolas Guay a aussitôt été invité au camp de développement des Red Wings de Détroit qui débutera dès mardi. Le capitaine des Voltigeurs rejoint ainsi son coéquipier Joe Veleno. L’an dernier, l’attaquant magogois avait été invité au camp des Devils.

De son côté, Robert Lynch a reçu des invitations aux camps des Ducks d’Anaheim et des Sénateurs d’Ottawa. L’attaquant américain de 19 ans a fait savoir qu’il sera dans la capitale canadienne dès lundi.

Quant à Marc-Olivier Duquette, il a accepté l’invitation du Wild du Minnesota. Le vétéran défenseur avait pris part au camp des Maple Leafs de Toronto l’an dernier.

Pour leur part, Cédric Desruisseaux et Daniel Moody ont été ignorés par les 31 équipes de la LNH.

Enfin, l’ex-Voltigeur Matthew Boucher a reçu une invitation de l’Avalanche du Colorado.

Partager cet article