La belle histoire de Simon Pinard

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
La belle histoire de Simon Pinard
Simon Pinard a hérité du titre de joueur offensif par excellence des séries éliminatoires. (Photo : gracieuseté)

HOCKEY. Il y a un peu de Drummondville dans la conquête de la coupe Jimmy-Ferrari par les Cantonniers de Magog. L’attaquant Simon Pinard a été l’une des pièces maîtresses du parcours de la formation estrienne en séries éliminatoires.

Champions du calendrier régulier, les Cantonniers ont balayé les Estacades de Trois-Rivières en quatre matchs lors de la finale de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. La troupe de l’entraîneur-chef Félix Potvin a mis la main sur le deuxième titre de son histoire grâce à une victoire de 3-2 en prolongation, mercredi soir, au complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Après avoir connu une excellente saison, Simon Pinard a littéralement explosé durant le tournoi éliminatoire. En 18 parties, le combatif attaquant de 16 ans a amassé pas moins de 27 points, dont 15 buts, étant ainsi couronné joueur offensif par excellence des séries. Le Drummondvillois a pourtant été ignoré lors du dernier repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Ayant dirigé Pinard au sein de la structure des Cascades élites et de l’académie Line-up au cours des cinq dernières années, l’entraîneur drummondvillois Pierre Bergeron ne cache pas sa fierté devant les succès de son protégé.

«Simon, c’est toute une histoire! Il y a quelques années, on voyait bien qu’il avait un talent et un sens du hockey nettement au-dessus de la moyenne, mais son développement physique n’était pas là. Il a surpris tout le monde en perçant les Cantonniers dès l’âge de 15 ans, ce qui lui a peut-être nui pour le repêchage. Il a trouvé ça dur de ne pas être réclamé dans la LHJMQ l’an dernier, mais à sa deuxième année d’admissibilité, il va sortir tôt, peut-être dès la troisième ronde», a lancé Bergeron, qui dirige les Panthères de Saint-Jérôme dans le circuit junior AAA.

«Simon est un travaillant, un leader et un compétiteur-né. Il est bon dans toutes les zones, a-t-il poursuivi. En séries, il a été le meilleur dans les deux sens de la patinoire. Ce qu’il réussit à faire en défensive pour créer de l’offensive, c’est phénoménal. Mais je suis zéro surpris par ses succès, car il ne fait que récoler le fruit de ses efforts. Il le mérite pleinement.»

Les Cantonniers ont raflé le deuxième titre des séries éliminatoires de leur histoire. (Photo gracieuseté Patrick Mahony)

Outre Pinard, les Cantonniers misent également sur les attaquants drummondvillois Gabriel Fontaine (un espoir du Drakkar) et Jérémy Lapointe. «Fontaine a amélioré son niveau de jeu pendant toute la saison. Son ardeur et son éthique de travail sont ses principales qualités. Il est fatigant pour ses adversaires. Lapointe a également connu une progression constante, au point d’obtenir un rôle en avantage numérique. C’est positif pour son année de repêchage», a analysé Bergeron.

Agissant comme gardien auxiliaire, le jeune Olivier Adam s’est quant à lui attiré des éloges de Félix Potvin. L’ex-gardien de la Ligue nationale a vanté son attitude exemplaire dans les circonstances. «Adam gagne vraiment à être connu. Son tour va venir la saison prochaine», a affirmé Bergeron.

Les joueurs des Cantonniers se préparent maintenant à représenter le Québec au tournoi de la coupe Telus, à Sudbury, en Ontario, du 23 au 29 avril. «Dans un tel tournoi, c’est souvent une question de timing. Certains joueurs traînent des blessures tandis que d’autres poursuivent sur leur lancée des séries. Comme les équipes ne se connaissent pas, elles doivent se concentrer sur l’exécution de leur système de jeu. Tu dois être la meilleure version de toi-même pour espérer l’emporter», a affirmé Bergeron.

«Malgré leur victoire, les joueurs des Cantonniers semblent terre-à-terre. Ils apprécient le moment présent, mais ils semblent conscients de ce qui les attend à la coupe Telus», a ajouté celui qui a défendu les couleurs magogoises il y a 15 ans.

Dans le camp des Estacades, les attaquants Justin Desjardins (un choix des Voltigeurs), Antoine McMahon et Félix Landry sont également natifs de la région de Drummondville. «Je suis content pour eux. Desjardins et McMahon sont partis de loin après avoir été coupés de Magog. Ils viennent de vivre toute une expérience en séries. Ils ont la chance de se développer sous les ordres du meilleur coach midget AAA au Québec en Frédéric Lavoie», s’est dit d’avis Bergeron.

Partager cet article