Une avant-première réussie pour Pieds nus dans l’aube

Une avant-première réussie pour Pieds nus dans l’aube

Sur le tapis rouge, Justin Leyrolle-Bouchard (Félix Leclerc), Julien Leclerc (Fidor, l'ami de Félix) et Roy Dupuis (Léo Leclerc).

Crédit photo : Cynthia Giguère-Martel

 

CINÉMA. À dix jours de sa sortie, le film québécois Pieds nus dans l’aube a été présenté en avant-première lundi soir au Cinéma Capitol devant une salle comble.

Quelques centaines de personnes impatientes de voir le produit final ont en effet accepté l’invitation.

«Lors d’une discussion avec Dominique Dugas, directeur des Rendez-vous du cinéma québécois et de la programmation, il m’avait dit qu’il était souvent difficile de remplir une salle en région. J’avais alors assuré qu’à Drummondville, on n’aurait pas de difficulté à avoir du monde. Eh bien, le pari a été remporté», a lancé en souriant le maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

Rappelons qu’une bonne portion du tournage du film, une adaptation libre du roman du grand Félix Leclerc portant le même titre, Pieds nus dans l’aube, s’est déroulé au Village québécois d’antan, un lieu qui a été apprécié de tous les acteurs et par l’équipe de tournage par sa richesse et sa beauté, de même que par l’accueil des employés et leur ouverture.

«Ç’a été un plaisir de collaborer avec les gens du Village. Nous avions une belle accessibilité et latitude. Par exemple, nous avons pu choisir la décoration de la maison de Félix et changé les planchers pour l’adapter comme on voulait. L’intérieur est resté intact depuis le tournage, c’est une sorte de legs au Village (…) Ce que je retiens beaucoup également, ce sont nos nuits de tournage où on avait le silence total. On avait vraiment l’impression de vivre en 1927 et ça aidait du même coup le groupe à tourner», a exposé le réalisateur et fils de Félix Leclerc, Francis, sur le tapis rouge, tout juste avant la projection.

Quelques comédiens de la distribution l’accompagnaient également, soit Roy Dupuis (Léo Leclerc, le père de Félix), Justin Leyrolle-Bouchard (Félix), Tristan Goyette Plante (Jean-Marie Leclerc, le grand frère de Félix), Marianne Parenteau (Clémence Leclerc, l’une des soeurs), Julien Leclerc (Fidor, l’ami de Félix) et Guy Thauvette (oncle Richard).

Les jeunes comédiens étaient excités de présenter le film au public et de voir leur réaction qui a été unanime : Pieds nus dans l’aube est un «excellent» film d’une grande sensibilité rendu par des comédiens talentueux. Notons qu’aucun des enfants et adolescents, incluant Justin, n’avait joué auparavant dans une production de cette envergure-là.

Pieds nus dans l’aube relate toute la richesse de cette enfance typique de l’entre-deux-guerres. L’adaptation cinématographique tisse des liens entre les personnages – forts et surprenants – avec des situations dramatiques ayant marqué profondément l’imaginaire de l’auteur. Réunis dans un seul et même film, des événements inattendus viennent bouleverser la vie de Félix durant son dernier été avant qu’il aille étudier à Ottawa.

Le film prendra l’affiche partout au Québec le 27 octobre.

 

Ce qu’ils ont dit

«C’est spécial de commencer dans le milieu en incarnant Félix Leclerc. C’est tout un honneur. Et ç’a été une belle expérience avec Francis Leclerc, c’est vraiment un bon réalisateur.» – Justin Leyrolle-Bouchard (Félix)

«Lorsque j’avais 19-20 ans, j’avais pensé adapter l’un des romans de mon père qui est mort lorsque j’avais 16 ans. Et là, c’est arrivé 25 ans plus tard. Ça fait 4 ans qu’on y travaillait plus sérieusement.» – Francis Leclerc, réalisateur

«De m’avoir confié le personnage de Léo, le père de Félix, c’est une preuve de confiance. D’ailleurs, l’une des facettes du scénario qui m’a plu, c’est que Léo est un père honnête, sain et créatif. C’est un gars qui a les valeurs à bonne place, il n’est pas alcoolique et il est fidèle à sa femme. Il est aussi assez ouvert, par exemple, à la pauvreté, et sait reconnaître la diversité. D’avoir un tel modèle au grand écran, c’est le fun une fois de temps en temps, car je trouve qu’on ne montre pas beaucoup de personnages masculins de ce genre-là.» – Roy Dupuis (Léo Leclerc)