Fidèle au Cinéma Capitol depuis 74 ans, il a maintenant une salle à son nom

Fidèle au Cinéma Capitol depuis 74 ans, il a maintenant une salle à son nom

Guillaume Venne, l'un des copropriétaires des Cinémas RGFM, Jean-Luc Taillon, et Annie Hamel, directrice du Cinéma Capitol.

Crédit photo : Cynthia Giguère-Martel

HOMMAGE. La salle 1 du Cinéma Capitol a été rebaptisée la salle Jean-Luc Taillon, ce Drummondvillois qui n’a raté aucun film depuis 74 ans.

Une petite cérémonie surprise a été organisée lundi soir pour lui rendre hommage. L’octogénaire n’avait aucune idée de ce qui l’attendait.

«Je suis allé souper au restaurant avec deux employées et quand je suis arrivé ici, je trouvais qu’il y avait du monde pour l’heure qu’il était. Je ne m’attendais pas à ça à soir. Je ne sais pas quoi dire… Je suis heureux et touché. Ça me fait plaisir de voir tout le monde», a-t-il exposé timidement, mais visiblement ému.

À son arrivée, la directrice du Cinéma Capitol, Annie Hamel, lui a dévoilé la plaque honorifique à son nom. Il a par la suite coupé un ruban rouge avant d’entrer dans la salle 1 où une trentaine de personnes, employés et anciens, l’a applaudi chaleureusement.  

«Ça faisait deux ans que j’y pensais, a indiqué Mme Hamel. Les copropriétaires des Cinémas RGFM ont embarqué dans le projet sans hésiter […] Cette attention est pour rendre hommage à Jean-Luc,  mais aussi pour le remercier de sa fidélité depuis 74 ans. Oui, le Capitol est classé patrimoine du centre-ville, mais Jean-Luc restera à jamais l’emblème vivant de notre légendaire cinéma.»

En octobre 2015, L’Express avait rencontré ce mordu du cinéma. Il avait alors confié que le Capitol était sa deuxième maison. Mme Hamel avait même affirmé qu’il était comme un grand-papa pour les employés.

Encore aujourd’hui, M. Taillon se rend à pied trois à quatre fois par semaine au cinéma du centre-ville pour voir tous les films à l’affiche.

«Et quand il les a tous vus, il revient les voir à nouveau», lance Guillaume Venne, l’un des copropriétaires des Cinémas RGFM.

Il y a deux ans, M. Taillon a même reçu à son 87e anniversaire sa carte d’employé lui donnant accès à l’ensemble des films.

La salle numéro 1 est celle qu’il affectionne particulièrement. Il a même son siège fétiche : le premier de la dernière rangée, à gauche de la salle.

«On voit bien. C’est la meilleure place, car on est plus haut!»

C’est dans cette même salle que sont accessibles les bancs D-Box, mais le principal intéressé a laissé savoir qu’il n’a jamais essayé cette technologie.

«Je ne sais pas si j’aimerais ça me faire brasser! J’aime mieux être tranquille», rigole celui qui a un penchant pour les comédies musicales.

M. Venne avoue qu’un client aussi fidèle, ça ne se voit pas partout.

«Dans chaque ville, il y a des clients très, très fidèles, mais ce qui fait la particularité de Jean-Luc, c’est qui vient voir tous les films. Lorsqu’Annie m’a approché pour proposer l’idée, j’ai accepté sans hésiter. L’idée était très bonne et c’était tout mérité comme hommage.»

Par ailleurs, les invités ont profité de l’occasion pour se raconter des anecdotes et partager de bons souvenirs. Certains qui travaillaient au Capitol dans les années 1990 ont même eu droit à une visite guidée des «coulisses» afin de constater l’évolution de la technologie, soit le passage de la pellicule au numérique.

 

La plaque honorifique

Voici le texte gravé sur la plaque honorifique :

«Salle Jean-Luc Taillon

Fier client depuis 1943

En l’honneur d’un homme qui a visionné tous les films à l’affiche du Cinéma Capitol depuis plus de 74 ans.

Il a fait son entrée ici alors qu’il n’avait que 15 ans. Il a donc vu l’évolution du Cinéma et en particulier, celle du Légendaire Capitol.

Monsieur Taillon est devenu, avec les années, un personnage important dans l’histoire du Cinéma Capitol et de la ville de Drummondville.»