Pierre Leblanc est prêt à relever les défis du Cégep de Drummondville

Photo de Emmanuelle LeBlond
Par Emmanuelle LeBlond
Pierre Leblanc est prêt à relever les défis du Cégep de Drummondville
Pierre Leblanc. (Photo : gracieuseté)

ÉDUCATION. Trois semaines se sont écoulées depuis l’arrivée en poste du nouveau directeur général du Cégep de Drummondville, Pierre Leblanc. Celui qui s’implique depuis plus d’une vingtaine d’années dans le milieu collégial se dit prêt à relever les défis qui se présenteront à lui.  

En décembre dernier, Pierre Leblanc a été approché afin de briguer la direction générale du cégep, alors qu’il occupait un poste à 200 km de Drummondville. Ce dernier était à la tête du Cégep de Beauce-Appalaches, un emploi qui lui a permis d’approfondir ses connaissances dans le domaine.

«En tant que directeur général, ça nous amène à faire beaucoup d’interventions avec le milieu politique, le ministère et le milieu socioéconomique. C’est ce que j’ai développé comme habilités dans les trois dernières années», soutient-il.

Après une période de réflexion, Pierre Leblanc a décidé de relever ce nouveau défi. «Une semaine après, à regarder les travaux, les valeurs et le plan stratégique, j’ai accepté. Il y a eu tout le concours, les examens et les travaux. C’est très rigoureux comme processus. Ma nomination s’est faite le 16 février. Je suis en fonction depuis le 19 avril. Je suis tellement content et heureux de mon choix», apporte celui qui réside à Victoriaville.

Pierre Leblanc a rapidement passé à l’action. «Je commence à rencontrer les équipes. Je rencontre les gens. Je veux prendre le temps de les connaître. C’est extrêmement important pour moi. Je veux savoir ce qui les motive et savoir ce qui les préoccupe. Je veux être capable de faire un bon diagnostic pour être capable de développer ma propre vision pour les années à venir», soutient-il, avec conviction.

Le nouveau venu souhaite débuter son aventure sur des bases solides. «J’ai l’intention d’être au Cégep de Drummondville et de terminer ma carrière comme directeur général. Je le souhaite fortement. Ça me donne encore huit ans», exprime celui qui succède à Brigitte Bourdages, ayant été en poste pendant dix ans.

Préparer la session d’automne

Pierre Leblanc est déjà appelé à prendre des décisions importantes. La rentrée scolaire automnale arrive à grands pas. «À court terme, ce qui est urgent et important, c’est de bien terminer notre année scolaire et bien préparer l’automne. On peut être optimiste avec la question de la vaccination. On travaille actuellement sur des scénarios en fonction des directives gouvernementales qu’on a reçues», mentionne-t-il.

Même si rien n’est encore officiel, le directeur général a déjà une idée de la ligne directrice. «Au moment où on se parle, la directive ministérielle est de favoriser un retour maximal en présence. Ça tombe bien parce que pédagogiquement parlant, c’est la bonne chose à faire. Il n’y a rien qui remplacera un prof en classe avec des étudiants.»

Un retour en présentiel amène son lot d’ajustements. «Le ministère nous demande que le port du masque soit respecté, tout comme la distanciation sociale d’un mètre. Ça peut sembler simple, mais pour nous c’est tout un défi avec le manque d’espace que nous vivons. Il y a beaucoup d’analyses qui se font présentement», complète-t-il.

Un agrandissement dans la mire

Le manque d’espace est un enjeu important au Cégep de Drummondville, fait savoir Pierre Leblanc. «La population étudiante est de plus en plus importante. C’est clair que le manque d’espace commence à faire drôlement mal et ça devient un défi assez incroyable. Actuellement, on est en démarche avec le ministère pour des travaux qui mèneraient à un agrandissement quand même assez important.»

L’institution collégiale prévoit construire un agrandissement de 6000 mètres carrés. «C’est un édifice important. On est juste à l’étape de l’esquisse. Il reste à trouver l’endroit où on pourrait faire ça sur les terrains du cégep et de quelle façon. C’est un autre beau projet. On va pouvoir le monter ensemble et consulter les employés et les étudiants», prononce-t-il.

Lors des dernières semaines, Pierre Leblanc a pris le temps de discuter avec les acteurs du milieu. «Je parlais avec le directeur du Centre de services scolaire des Chênes, Lucien Maltais, il me racontait tout ce qui est en train de se faire bâtir en termes d’école. Il y a un pourcentage d’étudiants qui va aller au collégial. Évidemment, on souhaite et on va travailler pour que les étudiants viennent à leur cégep à Drummondville.»

Support aux étudiants

Le support à la communauté étudiante est important aux yeux du nouveau directeur général. «Juste avant mon arrivée, il y a eu l’adoption du nouveau plan stratégique qui nous guide pour les cinq prochaines années. Là-dedans, il y a des orientations qui sont très importantes dans lesquelles je me retrouve, avec les valeurs du Cégep. On parle d’offrir un environnement bienveillant, collaboratif et inclusif. On veut prendre soin de nos étudiants et prendre soin de nos équipes», exprime-t-il.

Dans un contexte de pandémie, cette considération est d’autant plus pertinente. Personne n’est à l’abri du décrochage scolaire. «C’est préoccupant. Tous les moyens sont mis en œuvre. La première chose à faire, c’est de s’assurer d’une bonne intégration. Après ça, comment on s’assure de la rétention? C’est souvent à la première session que ça se joue. Mentorat, accompagnement, pédagogie de première session : ce sont des moyens qui existent.»

Malgré tout, Pierre Leblanc reste optimiste pour la suite. «Le ciel se dégage et on voit quelque chose d’encourageant. Je sens qu’à l’automne prochain, il va avoir une grande vague d’énergie pour avancer ensemble. Les gens ont besoin de se retrouver.»

Le parcours de Pierre Leblanc en bref

Avant de décrocher le poste de directeur général au Cégep de Drummondville, Pierre Leblanc a occupé plusieurs postes stratégiques tels que directeur des études et de la vie étudiante au Cégep de Saint-Hyacinthe, directeur des études au Collège Laflèche et directeur adjoint aux études au Cégep de Victoriaville.

Pierre Leblanc a débuté sa carrière dans le milieu collégial à titre d’enseignant en philosophie et par la suite comme conseiller pédagogique.

Partager cet article