La farine des Aliments Tristan plus populaire que jamais

La farine des Aliments Tristan plus populaire que jamais
Aliments Tristan profite de la crise sanitaire en vendant sa farine et ses mélanges. (Photo : Ghyslain Bergeron)

COMMERCE. La crise sanitaire mondiale a frappé de plein fouet les entreprises de toutes sortes. Alors que plusieurs sont encore fermées, les employés des Aliments Tristan de Saint-Majorique-de-Grantham ne fournissent pas à la demande. La pénurie de farine sur les tablettes des épiceries y est pour quelque chose.

L’entreprise familiale se spécialise dans l’ensachage et la distribution de farine de toutes sortes. En raison du confinement des citoyens, plusieurs sont retournés aux fourneaux et ont décidé de faire du pain, ce qui a fait augmenter la demande. «C’est une farine de qualité pour faire de la boulangerie. C’est arrivé subitement et les commerçants cherchaient des solutions. Je n’ai pas eu le temps d’y penser, il fallait que je prenne une décision rapidement. J’ai accepté de fournir, entre autres, Metro. Mais ça implique une gestion inattendue. Je suis rendu à deux quarts de travail et je compte en ouvrir un de nuit. Je l’ai fait au début, mais ce n’était pas facile», explique Marc St-Hilaire, copropriétaire, qui devra greffer trois ou quatre personnes de plus à son équipe d’une vingtaine d’employés.

Plusieurs sortes de farine sont commercialisées.

La demande est telle que le chiffre d’affaires a bondi de 100%. La hausse est aussi attribuable au peu de compétition dans le domaine et la visibilité mondiale qu’apporte le Web. «Nos enfants s’occupent de tout ce qui touche Internet. Ça nous permet de livrer par le biais d’Amazon Canada et USA. Il y a encore un gros chargement qui est parti ce matin pour les États-Unis. Notre affiliation avec Ma Zone Québec et Maturin, des sites transactionnels, est aussi bénéfique. De plus, on distribue à partir d’ici avec notre boutique en ligne et les commandes téléphoniques. Encore ce matin, j’ai envoyé une commande à Vancouver», ajoute Nathalie Courchesne, copropriétaire, qui s’occupe aussi de la boutique qui est fermée pour le moment en raison des restrictions gouvernementales.

Pris de court, plusieurs étapes se font à la main. «On doit imprimer nos étiquettes et on les colle à la main sur les emballages, car le fournisseur ne peut me livrer des sacs préimprimés avant le mois de septembre», ajoute M. St-Hilaire.

La crise aura permis de faire croître l’entreprise qui offre environ 70 produits de toutes sortes, dont du café. «Nous sommes certifiés HACCEP (Hazard Analysis Critical Control Point) et nous sommes les seuls à Drummondville à faire de la torréfaction de café qui provient d’un peu partout dans le monde, dont la Colombie. De plus, nous avons des produits bio pour ceux qui s’y connaissent», précise le couple en affaires.

L’avenir est rose pour Les Aliments Tristan et les récentes rénovations ne seront pas suffisantes pour fournir à la demande. «J’aimerais acquérir deux nouvelles machines pour gagner en rapidité. J’ai ajouté 232m² (2500 pi²), mais il me manque encore de l’espace pour l’entreposage. J’ai des projets à venir, je ne peux pas me plaindre. C’est le bon côté de cette crise», conclut M. St-Hilaire.

Aliments Tristan se situe à Saint-Majorique.

Les autres filiales

  • Café Mark and Son
  • Crêpes Express
  • Brin de ciel
  • Produits de l’érable
  • Mélanges à crêpes, mélange à «ploye», farine de sarrasin
Partager cet article