Un projet de symbiose industrielle à Drummondville

Un projet de symbiose industrielle est mis sur pied à Drummondville avec un budget de 230 000 $, permettant l’embauche d’un agent de développement durable à la SDED. Un projet précurseur.

S’appuyant sur la prémisse voulant que les rejets d’une entreprise puissent constituer la matière première d’une autre, la symbiose industrielle veut faire naître une concertation et une complicité entre les entrepreneurs de la région tout en visant une plus grande valorisation des déchets ultimes.

C’est ce qui a été dévoilé aujourd’hui dans les bureaux de la SDED (Société de développement économique de Drummondville) en présence du maire Alexandre Cusson et de Julie Biron, commissaire industrielle.

L’idée découle du rapport de la Commission consultative sur l’élimination des déchets ultimes (CCEDU) qui s’est penchée sur cette épineuse question environnementale.

En marge de ce projet, la SDED a récemment comblé un poste d’agent de développement durable en la personne de Guillaume Beaudet, ingénieur de formation, qui aura pour mission de coordonner un «nouveau service conseil personnalisé voué à l’accompagnement des institutions, commerces et industries (ICI) de la MRC de Drummond afin de réduire la quantité de leurs déchets destinés à l’enfouissement.

Plus précisément, Guillaume Beaudet aura à mettre à jour des inventaires des matières résiduelles dans les entreprises inventoriées, d’établir un diagnostic préliminaire quant à la gestion des matières résiduelles dans les entreprises de la MRC de Drummond, de développer un plan d’action avec les ICI et de suggérer des actions concrètes à leur personnel (modification des habitudes de travail, équipements utilisés, nouveaux débouchés pour les matières, etc.), d’organiser des événements d’information et de réseautage afin de recruter des entreprises et identifier les synergies potentielles, d’effectuer le suivi auprès des entreprises afin de maximiser les retombées des synergies proposées par les entreprises pour la mise en valeur des sous-produits industriels.

«Plus que jamais, a déclaré le maire Cusson, la région doit davantage valoriser ses déchets au cours des prochaines années. Elle ne peut donc se limiter à l’unique solution visant l’élimination des déchets ultimes du secteur résidentiel et des petits commerces. Aux efforts des citoyens s’ajouteront, au cours des prochaines semaines et des prochains mois, ceux des entreprises de Drummondville et de la MRC de Drummond qui, chaque année, génèrent un fort volume de déchets. Annuellement, 62 % des 49 600 tonnes de déchets ultimes enfouis par la Ville de Drummondville provient des ICI et d’autres matériaux de construction. Pour ce qui est de la MRC de Drummond, c’est 57 % des déchets enfouis chaque année qui proviennent des ICI et des matériaux de construction. C’est ce à quoi répondra le projet de Symbiose industrielle».

Le financement de 230 000 $ provient de Recyc-Québec (149 000 $), de la Ville de Drummondville (40 000 $) et la MRC de Drummond (40 000 $).

Partager cet article