La Rôtisserie Saint-Hubert licencie la moitié de son personnel

La Rôtisserie Saint-Hubert licencie la moitié de son personnel

En juin dernier

Considérée comme une halte routière presque légendaire pour les gens qui circulent régulièrement sur l’autoroute 20, la Rôtisserie Saint-Hubert a licencié 57 de ses 120 employés lundi. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le siège social a évoqué un manque de rentabilité pour justifier sa décision.

Selon Josée Vaillancourt, conseillère en communication pour la chaîne, le restaurant se transformera en Saint-Hubert Express d’ici l’été 2009. «Le restaurant de Drummondville n’est pas aussi rentable qu’il le devrait, selon nos calculs et nos comparaisons avec des restos semblables», a-t-elle indiqué, en refusant de dévoiler des chiffres et d’élaborer sur la question.

Du côté des employés, il est certain que la nouvelle a été difficilement acceptée, d’autant plus que ceux-ci ont signé leur nouvelle convention collective en juin dernier, après avoir enclenché un processus de grève. À cette époque, l’employeur avait formulé 84 demandes, constituant toutes des reculs, selon la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Mais, au terme des négociations, la Rôtisserie a décidé de conserver les acquis des employés, ce qui les amenés à accepter la proposition à 87 %.

Aujourd’hui, malgré les licenciements, la CSN refuse de prétendre à un mouvement syndical. «Nous ne voulons pas nous avancer là-dessus. Nous n’avons pas vu les chiffres. J’estime que le syndicat a beaucoup de choses à regarder avec l’employeur avant de crier au loup. La semaine prochaine, nous prévoyons une rencontre avec l’exécutif et la tenue d’une assemblée générale annuelle. Nous verrons par la suite. Cependant, je dois dire que les employés ne s’attendaient pas à recevoir une telle nouvelle cette semaine. Il y avait déjà eu une rumeur en ce sens, mais jamais ils n’auraient cru que ça pouvait arriver», a exprimé Martin Pelletier, conseiller syndical pour la CSN.

Fermé pour les rénovations

Puisqu’il sera converti en un Saint-Hubert Express (selon le même principe que le restaurant situé à Drummondville-Sud), le restaurant sera fermé durant quelques semaines, à compter du 9 mars prochain. La salle à manger sera modifiée et un comptoir sera aménagé.

«Nous avons décidé de créer un Saint-Hubert Express également à cause de la position géographique de l’établissement. Il répond principalement à une clientèle qui fait du "in and out". Nécessairement, tous les employés de la salle à manger vont perdre leur emploi. Cependant, tous les gens de la cuisine et les chauffeurs seront réembauchés lors de la réouverture du nouveau restaurant. Nous ne sommes pas très inquiets pour les serveurs et serveuses, car ils occupent un emploi en demande», a-t-elle conclu.