Un gala de taekwondo sous le signe de la persévérance

Un gala de taekwondo sous le signe de la persévérance

Le premier gala de taekwondo Persévérance, organisé par l’école Taekwondo sportif Drummondville, porte bien son nom : si la compétition était présente, les jeunes participants y étaient avant tout pour avoir du plaisir.

Soixante enfants, âgés entre 4 et 12 ans, ont enfilé uniforme, casque et plastron pour cette première édition du gala Persévérance dans la journée de samedi, au Complexe sportif Drummondville.

«Ça se passe très bien, je suis content», exprime avec un sourire l’organisateur et propriétaire de l’école Taekwondo sportif Drummondville, Pascal Genest. D’après ce que L’Express a pu constater sur place, l’organisateur n’a pas chômé : il s’occupait du bon déroulement des combats, coachait et gérait la discipline… tout en même temps.

Au centre, Pascal Genest

Pascal Genest a tout de même reçu un coup de pouce. «Les arbitres qui sont ici aujourd’hui ont été d’une très grande générosité, puisqu’ils sont de niveau international et qu’ils sont venus d’un peu partout au Québec pour aider. Ils se dévouent beaucoup pour le sport, c’est incroyable.»

En gros, les combats ont suivi les mêmes lignes directrices que pour les compétitions de haut niveau, avec juges, arbitres et pointage affiché en direct, sauf pour un aspect : les éliminations. «Normalement, lorsqu’un taekwondoïste perd un combat, il est éliminé. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Les points que les enfants reçoivent incluent autant la performance en combat que l’attitude générale. S’ils ont adopté une attitude positive, s’ils restent concentrés et qu’ils persévèrent, c’est noté, de sorte qu’ils ont tout de même une bonne chance de se retrouver sur la première place du podium, explique Pascal Genest. Ils savent que même s’ils ont une bonne technique, ce n’est pas suffisant.»

Il a d’ailleurs impliqué les parents et les professeurs dans ce processus de points. «Ils ont rempli des feuilles sur l’attitude et la technique de leur enfant, et tout ça est pris en considération pour l’attribution des médailles.»

Tout a été pensé afin de mettre davantage l’accent sur les valeurs derrière le sport, comme la confiance en soi, l’humilité et l’attitude positive des participants.

Les enfants ont également dû passer les épreuves de cassage, au cours desquelles ils devaient réussir à casser une planche de bois d’un coup de pied. Une fois le défi réussi, la grande majorité souriait, l’œil fier.

Pascal Genest estime aussi que le taekwondo aide à stimuler la concentration des enfants… et à canaliser leur énergie parfois débordante. «Parfois, nous avons des petits tannants. Le sport est un outil merveilleux pour les parents pour pouvoir les amener à se valoriser. Le but n’est pas de les punir, mais plutôt de les motiver à faire mieux. C’est aussi pour ça que nous avons choisi de ne pas y aller avec les éliminations.»

L’école Taekwondo sportif Drummondville accueille une centaine d’élèves de tous les niveaux et de tous les âges. «Pour une école qui a seulement trois ans d’existence, c’est beaucoup. J’en suis très fier.»