Evelyne Mayette accueille le monde depuis 50 ans

Evelyne Mayette accueille le monde depuis 50 ans
Evelyne Mayette a amorcé sa carrière derrière le bar, en 1972. (Photo : Ghyslain Bergeron)

MAGAZINE. L’Hôtel et Suites Le Dauphin de Drummondville fêtera ses 60 ans cette année. Au cours des 50 dernières années, Evelyne Mayette a été barmaid, responsable des banquets et gestionnaire du restaurant de l’hôtel, le Globe-Trotter. Attachée à l’entreprise, elle ne songe pas du tout à la retraite.

Elle plie encore du linge à la buanderie de l’hôtel. Il lui arrive d’aider ses collègues lorsque c’est nécessaire même si ce n’est pas en lien avec son emploi de gestionnaire. Elle ne vous donnera pas la main en raison de ses allergies sévères, mais elle saura vous charmer avec son sourire. C’est l’identité d’Evelyne Mayette qui accueille le monde depuis 50 ans au Dauphin.

«Que veux-tu… j’aime le monde! Je ne serais pas restée ici si je n’avais pas été bien entourée. De mon côté, j’essaie de motiver et encourager les gens qui viennent travailler.

Evelyne Mayette accueille les clients au restaurant de l’hôtel, le Globe-Trotter. (photo Ghyslain Bergeron)

Je m’intéresse à eux, alors ont établi des liens plus forts», a confié la femme de 75 ans.

Sa carrière dans le domaine de la restauration s’est amorcée alors qu’elle avait environ 20 ans. Un service rendu lui a fait découvrir le métier de sa vie.

«Le Café Royal d’Asbestos (aujourd’hui Val-des-Sources) avait besoin de main-d’œuvre à la plonge pour le temps des Fêtes. Je devais être là deux semaines, mais j’ai fait trois ans! J’ai par la suite travaillé au Marquis, à Richmond. En même temps, par les soirs, j’allais faire des cours de service de table et de «boisson» à Drummondville. L’enseignement se faisait au Dauphin dans les salons rouge et bleu. J’ai tout de suite senti que c’est ici que je voulais travailler», a ajouté l’aînée d’une famille de huit.

Au même moment, elle fait la connaissance de Danielle Milot, fille du propriétaire du Dauphin à l’époque. Une rencontre qui allait paver la carrière d’Evelyne Mayette.

Evelyne Mayette a amorcé sa carrière derrière le bar, en 1972. (photo : archives La Parole)

«C’est par hasard que j’ai commencé à travailler ici. J’étais sans emploi, car j’avais besoin d’un petit «break». Avec une cousine, je suis allée au bar de l’hôtel. À ce moment, Danielle (Milot) m’a reconnue. Tout en discutant avec elle, je lui ai avoué que j’étais à la recherche d’un emploi. Deux jours plus tard, je commençais au Dauphin, le 4 août 1972. Le premier matin, j’arrivais d’Asbestos et il y avait de la grosse pluie. J’étais en retard, car les petites routes n’étaient vraiment pas belles. M. Milot (père) m’attendait et il m’a sermonné! Je n’ai plus jamais été en retard par la suite», a-t-elle lancé en riant.

Rapidement, elle a su gagner la confiance de son employeur. Si bien que seulement quelques jours après son embauche, elle a pu assurer seule le service auprès des clients du bar. «Pour m’accommoder, ils m’ont laissé une petite chambre pour ne pas que j’aie à voyager tout le temps. J’ai toujours été bien traitée», a précisé Mme Mayette.

Au fil des ans, une confiance totale s’est installée entre la septuagénaire et la direction du Dauphin, si bien que la gestion des banquets lui a été confiée. Devant sa capacité de gérer, c’est à la salle à manger que Mme Mayette a passé la majeure partie de sa carrière.

«J’ai eu un peu peur que les autres serveuses soient jalouses, car elles avaient plus d’ancienneté que moi. Mais, elles ont bien vu ce dont j’étais capable. Il y a eu du respect de part et d’autre.»

De nos jours, il est rare de compter une employée qui détient un demi-siècle d’ancienneté au sein d’une entreprise. Evelyne Mayette attribue son succès à l’écoute des autres.

Evelyne Mayette est à l’emploi de l’Hôtel et Suites Le Dauphin depuis 50 ans. (photo Ghyslain Bergeron)

«Je m’assure de laisser un bon souvenir aux clients de l’hôtel en m’intéressant à eux, en posant un petit geste qui marquera leur esprit. Les employés savent qu’ils peuvent me parler. Il y a toujours moyen de s’arranger.»

Dotée d’une santé extraordinaire, Evelyne Mayette travaille maintenant trois jours par semaine à l’Hôtel et Suites Le Dauphin de Drummondville, question de garder le rythme. Dans ses temps libres, elle aime bien jardiner en été et faire de la gymnastique lors de la saison froide.

«La retraite? Ce n’est pas pour tout de suite, j’aime bien trop le monde! Tant que ma santé va me le permettre, je vais venir à l’hôtel», a-t-elle confié, en conclusion.

Partager cet article