De chouettes points de vue pour admirer la rivière Saint-François

Photo de Lise Tremblay
Par Lise Tremblay
De chouettes points de vue pour admirer la rivière Saint-François
Vue aérienne de la rivière Saint-François. (Photo : Ghyslain Bergeron)

MAGAZINE. Tout en réalisant un vaste plan régional des milieux humides et hydriques pour la MRC de Drummond – notamment ceux qui présentent un intérêt pour la qualité de leur paysage – le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) invite petits et grands à redécouvrir la rivière Saint-François à partir de chouettes points de vue.

L’ensemble des suggestions qui sont mises de l’avant proviennent d’Andréanne Blais, biologiste et directrice générale du CRECQ. Cet organisme a pour mission de protéger et d’améliorer l’environnement dans une optique de développement durable.

Andréanne Blais est biologiste et directrice générale du Conseil régional en environnement du Centre-du-Québec. (Photo d’archives)

DRUMMONDVILLE

  1. Promenade Rivia

«Particulièrement le secteur du parc des Voltigeurs offre un accès direct à la rivière, ce qui plaît grandement aux pêcheurs. La Promenade Rivia dans son ensemble offre de beaux points de vue et est accessible à tous les citoyens.»

  1. Parc régional de la Forêt Drummond

«Il y a plusieurs petits cours d’eau où on peut trouver des amphibiens, comme des grenouilles et des salamandres. C’est super intéressant d’y aller avec les enfants. C’est comme plonger dans un monde merveilleux avec eux.»

  1. Parc Sainte-Thérèse

«Ce point de vue est intéressant, car il se trouve en milieu urbain. Cette partie de la rivière est très utilisée au niveau récréatif. Les gens y font du kayak, du pédalo, de la planche à pagaie ou vont simplement y mettre les pieds à l’eau! L’autre avantage est qu’on est tout près de l’usine de traitement d’eau potable. La prise d’eau est d’ailleurs là. Ça met le citoyen en relation avec la nécessité de cette usine qui nous amène cette ressource vitale.»

  1. Plage municipale

«C’est un endroit merveilleux pour observer les oies et les bernaches au printemps et à l’automne. D’ailleurs, le National Geographic est venu y faire un reportage sur la migration en 2014. L’équipe est aussi allée du côté du lac Saint-Pierre».

  1. Secteur Kounak, chemin Hemming

«Ce qu’on aime de ce coin est son accessibilité en vélo. L’été, il y a le traversier (ponton municipal), qui nous permet d’aller de l’autre côté, sur le boulevard Allard. Tout le long de ce réseau cyclable, il y a plein de beaux points de vue à découvrir. Les enfants adorent ça».

  1. Descente de bateau Cooke

«La descente est située tout près du chemin Hemming, il s’agit d’un joli point de vue de ce réseau cyclable. Il faut s’y arrêter, d’autant plus qu’il y a un beau petit terrain vert tout près où l’on peut faire un pique-nique». L’endroit est situé précisément au 1900, chemin Cooke, à Drummondville.

SAINT-MAJORIQUE

  1. Le sentier de Claude – Parc régional de la Forêt Drummond

«Ce sentier longe la rivière Saint-François dans le secteur du parc régional. C’est très beau, mais je suggère aux gens de bien rester dans les sentiers, car il y a beaucoup de tiques à cet endroit. On a récemment fait un inventaire pour Santé Canada et on en a retrouvé beaucoup, surtout dans les herbes.»

La rivière Saint-François, à la hauteur de Saint-Majorique-de-Grantham. (Photo gracieuseté : MRC de Drummond)

L’AVENIR

  1. Chemin Bogie

«Je suggère ce point de vue aux gens qui ont des limitations physiques, car on y accède en auto. La route offre une très belle vue sur la rivière, car on est très haut. Il faut cependant éviter d’arrêter trop longtemps, car ce sont des terrains privés. Il y a toujours la possibilité de prendre de belles photos!»

SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY

  1. Rang Therrien, près du coin du chemin Saint-Jean.

«Cet endroit est situé tout près du Domaine William Wentworth. Il s’agit de l’ancienne auberge qui appartenait à l’animatrice Claire Lamarche. Le mieux est aussi d’y accéder en auto et de profiter des paysages que ce coin a à nous offrir.»

Quelques espèces qui vivent dans la rivière

Selon Andréanne Blais, la rivière Saint-François recense une population d’esturgeons jaunes, un poisson qu’il est interdit de pêcher. «C’est le poisson emblématique de la communauté autochtone. Les gens d’Odanak travaillent d’ailleurs très fort dans le secteur de Drummondville pour protéger cette espèce qui est en situation précaire. Hydro-Québec collabore aussi, car il y a une frayère dans la rivière, tout près du barrage», explique-t-elle.

D’autres espèces vivent aussi dans la rivière Saint-François, notamment la perchaude, le doré et l’achigan. L’automne, il est possible d’apercevoir près des berges des tortues serpentines. Attention cependant à leurs puissantes mâchoires!

Toutes les eaux vont vers le fleuve…

La rivière Saint-François prend ses origines dans le Grand lac Saint-François puis se dirige vers le sud-ouest.

À Sherbrooke, la rivière Saint-François reçoit les eaux du bassin de la rivière Massawippi et du bassin de la rivière Magog. Elle continue vers le nord-ouest, en traversant les municipalités de Windsor, Richmond et Drummondville. De là, les eaux s’écoulent vers le fleuve Saint-Laurent où elles terminent leur course, dans le lac Saint-Pierre.

«La qualité de l’eau de la rivière s’est beaucoup améliorée depuis 1995, soit depuis que les eaux usées sont traitées à Drummondville. Mais il n’en demeure pas moins que la rivière est soumise à un apport de pollution du secteur agricole et à certaines surverses urbaines. La ville n’est pas parfaite, mais elle s’améliore. Il faut aussi prendre soin de ne pas trop déboiser les rives, car l’eau se réchauffera et cela contribuera à la formation de plantes. À présent, deux plantes envahissantes inquiètent du côté de la rivière Saint-François, soit la myriophylle en épis et la châtaigne d’eau. Leur présence a été détectée par le COGESAF, notamment près des descentes de bateau», a avisé Andréanne Blais. 

Partager cet article