Sel Drummond se met sur la «map»

Sel Drummond se met sur la «map»
Chanel Hémond offre son sel au Québec et espère traverser les frontières dans un futur rapproché. (Photo : Ghyslain Bergeron)

AFFAIRES. Jamais Chanel Hémond n’aurait cru devenir directrice générale d’une entreprise dont elle ne connaissait même pas l’existence. La jeune entrepreneure, appuyée par son cousin, s’est lancée dans une incroyable aventure, celle de faire fleurir une compagnie méconnue, Sel Drummond, établie depuis plus de trois décennies au cœur de la municipalité de Saint-Germain-de-Grantham.

«Je n’aurais jamais pensé être ici aujourd’hui», a franchement lancé Chanel Hémond. La femme de 25 ans, originaire de Saint-Rosaire, sait où elle s’en va, même si parfois elle avoue «qu’elle y va au flair».

«J’ai fait des études comme technicienne juridique et en planification financière. Je travaillais dans les bars pendant les dernières années. Alors vous voyez que j’étais loin du domaine dans lequel j’exerce maintenant. Mon partenaire d’affaires, Stéphane Hémond, est un cousin que je ne voyais pas souvent, car il est au Mexique en hiver. J’ai été bien surprise de son appel téléphonique. Il savait que c’était à vendre, qu’il y avait une opportunité, mais il ne voulait pas s’en occuper», a-t-elle expliqué.

Chanel Hémond confie que l’équipe en place a été très compréhensive lors de la transition. (Photo : Ghyslain Bergeron)

La transition commerciale s’est bien effectuée malgré un choc de générations. L’ancien propriétaire fonctionnait manuellement pour la gestion de l’entreprise. «Il n’y avait pas d’ordinateur! Tout était fait à la main. Il y a eu une transition d’un an. On a informatisé l’entreprise et procédé à quelques rénovations, ce qui a permis de rentabiliser plus rapidement notre «business». Je dois aussi avouer que les employés en place ont été très compréhensifs et ont adhéré à notre vision», a ajouté Mme Hémond.

Sel Drummond se spécialise dans la distribution et l’ensachage de sel sous toutes ses formes en plus d’agir à titre de sous-traitant pour diverses entreprises.

Depuis que le duo a acquis les installations de la rue Saint-Édouard, à Saint-Germain, le chiffre d’affaires a doublé. «Les installations actuelles limitent notre expansion. C’est un irritant pour nous, mais aussi pour le voisinage. Il y a de gros camions qui arrivent ici.

(Photo : Ghyslain Bergeron)

Avec l’école et la caserne de pompiers juste devant, ce n’est pas évident. Au moins, tout le monde est compréhensif. On aura une nouvelle division en juin et on compte construire une usine à Saint-Edmond. Avec ça, on va se mettre sur la «map».»

L’arrivée de Chanel Hémond a procuré un vent de jeunesse sur l’entreprise que plusieurs croyaient fermée. Sel Drummond a développé une nouvelle image de marque en plus de tenter une percée au-delà des frontières. «On offre nos produits partout au Québec et notre liste de clients est excellente. Nous comptons sur des acheteurs tels que Canac et Ecotone, mais on voudrait se lancer sur le marché ontarien et aux États-Unis. Il n’y a pas beaucoup de compétition dans ce domaine, alors je suis très optimiste pour l’avenir», a lancé la directrice générale.

Les différentes utilisations du sel

  • Déshydratation
  • Déglaçage
  • Conservation des poissons
  • Alimentation animale
  • Entretien de piscine
Partager cet article