Cohabitation à améliorer sur la promenade Rivia

Photo de Jean-Pierre Boisvert
Par Jean-Pierre Boisvert
Cohabitation à améliorer sur la promenade Rivia
Bien que les utilisateurs de la promenade Rivia soient en majorité des piétons, les cyclistes ont également le droit d’y circuler. (Photo : Archives Ghyslain Bergeron)

LOISIRS. Le partage des pistes cyclables entre les piétons et les vélos à Drummondville n’a jamais suscité autant d’inconfort depuis l’inauguration de la promenade Rivia, un site victime de son succès.

Les commentaires des nombreux utilisateurs de la toute nouvelle promenade longeant la rivière Saint-François jusqu’au parc des Voltigeurs sont en grande majorité élogieux, mais il s’en trouve quelques-uns qui soulèvent une singulière déficience quant aux façons de s’approprier l’espace selon que l’on soit un promeneur à pied ou sur deux roues.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, le citoyen Gaétan Dubois s’est amené au micro à la période de questions pour soumettre une réflexion au sujet du partage de la promenade Rivia, entre les piétons et les cyclistes, un endroit très fréquenté depuis son ouverture début juillet.

«La première fois, j’y suis allé à vélo et, même à basse vitesse, j’ai vu que je n’étais pas à ma place parce qu’il y a 90 % de piétons. J’y suis retourné d’autres fois à pied et là on voit des scooters électriques et des vélos qui font de l’endroit une piste de course… Et la majorité de ceux qui font de la vitesse ce ne sont pas des jeunes, ce sont des têtes blanches avec des vélos à 6000 (dollars). C’est ça qui me surprend… un manque de jugement», s’est dit d’avis le citoyen Dubois.

«Une analyse est en cours», a répondu d’entrée de jeu le maire Alexandre Cusson, qui se garde bien de tirer des conclusions trop rapides alors que la promenade n’en est qu’à ses premières semaines et que l’engouement est définitivement au rendez-vous.

Et il a ajouté ceci : «Si on regarde la plupart des pistes au Québec, ce sont des pistes partagées. Évidemment au début il y a un engouement. Pour la prochaine année, on verra comment on va ajouter des points d’eau et des toilettes. Pour la question du partage, on sait qu’il y a des endroits où il n’y a aucune indication, il y a des endroits où il y a des voies dédiées, à Granby, par exemple, les piétons vont dans un sens et les vélos de l’autre, donc les gens se voient. Notre équipe regarde ça et est préoccupée pour trouver des solutions. Mais, on ne prendra pas de décisions à cause de l’excitation des premières semaines. Il y a des gens qui disent qu’il y a assez de pistes cyclables en ville, ils n’ont pas besoin d’être là. Moi j’aurais le goût de vous dire qu’il y a assez de trottoirs en ville pour ceux qui veulent marcher. On ne fera pas un débat piétons-cyclistes. Mais la sécurité est une priorité. Au-delà de ça, il faut toujours avoir en tête la prudence et le respect des autres».

La conseillère Annick Bellavance, qui préside le comité du Corridor de la Saint-François, a tenu à faire remarquer que lors de la conception de la promenade «on n’a pas voulu faire une autoroute à quatre voies. Il y a des bouts qui sont sur pilotis et on a fait le plus grand qu’on a pu en tenant compte des berges et de nos partenaires», tel que le Village québécois d’antan.

Autre amélioration à apporter : L’Express a observé que certains automobilistes se stationnement aléatoirement et parfois de façon imprudente dans le stationnement situé entre les deux ponts.

Rappelons que la promenade Rivia s’échelonne sur 2,5 kilomètres et a été réalisée au coût de 5,8 millions de dollars.

Partager cet article