Un marathon à la Course des Chênes-toi?

Un marathon à la Course des Chênes-toi?
La Course des Chênes-toi de Drummondville pourrait bientôt accueillir un marathon. (Photo : Marilyne Demers)

MARATHON. La Course des Chênes-toi Bourret pourrait bientôt accueillir un marathon. Les organisateurs de l’événement drummondvillois souhaitent ajouter ce volet à leur programmation dès 2020 ou 2021.

«Ça fait longtemps qu’on a cette idée derrière la tête. Les gens de Drummondville nous le demandent eux-mêmes. Ils veulent vivre cette expérience dans leur ville. On étudie toutes les possibilités et on travaille fort là-dessus», a expliqué le directeur de la Course, Michel Couturier.

Depuis 2013, l’événement le plus couru à Drummondville organise un demi-marathon (21,1 kilomètres), un volet qui s’est ajouté aux épreuves de 10, 5, 2 et 1 kilomètres. Pour l’organisation, mettre sur pied un marathon (42,2 kilomètres) représenterait des coûts supplémentaires ainsi que des besoins accrus en termes de bénévoles.

«Pour faire un marathon, il faut bloquer des routes municipales, mais aussi provinciales, non seulement à Drummondville, mais aussi dans les municipalités environnantes. Il faut donc obtenir des autorisations. On travaille là-dessus, mais on ne peut pas rien annoncer tant que tout n’est pas attaché», a expliqué Michel Couturier, qui vise d’attirer environ 100 marathoniens dès la première année.

Considérée comme la deuxième course en importance au Québec, la Course des Chênes-toi a présenté sa 12e édition dimanche dernier. Parmi les 11 300 coureurs et marcheurs inscrits à l’une ou l’autre des épreuves, 9950 d’entre eux ont franchi le fil d’arrivée devant le Centrexpo. Les membres du comité organisateur étaient d’ailleurs sur place pour féliciter les participants.

«Mettre sur pied une course de cette ampleur, ça demande beaucoup d’énergie. Dans les jours suivants, tout le monde est à plat! Mais notre récompense, c’est de voir le sourire des participants. Quand on a vu le dernier marcheur finir le parcours, on avait les larmes aux yeux en apprenant qu’il était en chaise roulante il n’y pas longtemps», a relaté Michel Couturier, qui fait partie de ceux qui ont fondé l’événement en 2008.

Partager cet article