Fauve-Belle Bouchard se qualifie pour le championnat mondial

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
Fauve-Belle Bouchard se qualifie pour le championnat mondial
Fauve-Belle Bouchard en action au championnat canadien. (Photo : gracieuseté)

DYNAMOPHILIE. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Fauve-Belle Bouchard a livré la marchandise lors de sa première participation au championnat canadien de dynamophilie disputé récemment à Ottawa.

Lors de cette compétition tenue sous l’égide de l’Union canadienne de powerlifting, la jeune Drummondvilloise a décroché la médaille d’or dans la catégorie junior chez les moins de 63 kg.

Fauve-Belle Bouchard a commencé la journée avec une flexion sur jambes de 155 kg, ratant de peu le record national de 158 kg. Elle s’est ensuite démarquée avec une solide performance de 90 kg au développé couché. L’ancienne gymnaste de 18 ans a terminé la compétition en force avec un soulevé de terre de 165 kg, ce qui lui a permis de prendre la tête du classement devant la championne en titre, la Québécoise Justine Maltais.

Fauve-Belle Bouchard en compagnie de son entraîneur Joël Boulianne. (Photo gracieuseté)

En plus d’établir trois nouvelles marques personnelles, Fauve-Belle Bouchard a réalisé un record canadien avec un cumulatif de 410 kg.

Grâce à ce résultat, la nouvelle championne canadienne a obtenu un laissez-passer pour le championnat mondial de dynamophilie. Cette compétition se déroulera en Suède, en juin prochain. Son entraîneur Joël Boulianne, du club Mofo de Jonquière, s’est dit très fier de la performance de son athlète.

«Honnêtement, avec à peine une année d’expérience dans ce sport, Fauve-Belle connaît un départ fulgurant. Elle surprend énormément. Devenir championne canadienne junior à sa première compétition sur la scène nationale, il faut le faire!»

Sur les médias sociaux, Fauve-Belle Bouchard a réagi de cette façon : «Si les choses ne fonctionnent pas comme vous le souhaitez, continuez. Quoi qu’il arrive. J’ai toujours pensé que les efforts payaient toujours, que tu devais juste travailler plus fort que tout le monde pour atteindre tes objectifs. Mais parfois, c’était difficile et je ne voyais pas le résultat de mes efforts. Mais je continuais. Finalement, tout a commencé à se mettre en place et me voici en première position à mon premier championnat canadien junior, en route vers les Mondiaux. Croyez-moi : les efforts finissent par porter fruit si vous continuez et faites preuve de constance.»

Un sport de force

Fauve-Belle Bouchard (Photo : gracieuseté)

La dynamophilie («powerlifting» en anglais) est un sport qui mesure la force absolue en soulevant le plus de poids dans une répétition. Comme l’haltérophilie, elle consiste à lever des barres, mais elle s’en distingue par ses mouvements techniquement plus basiques, où les charges sont plus lourdes et où l’amplitude est réduite. La discipline consiste à exécuter trois épreuves : la flexion sur jambes («squat»), le développé couché («bench press») et le soulevé de terre («deadlift»).

 

Partager cet article