Une longue liste d’infractions l’envoie en prison

Photo de Frederic Marcoux
Par Frederic Marcoux
Une longue liste d’infractions l’envoie en prison
Le jugement a été rendu, vendredi, au Palais de justice de Drummondville. (Photo : Archives, L'Express)

JUSTICE. Vol, recel, bris de probation, travaux communautaires inachevés, possession et trafic de comprimés de méthamphétamines. La liste des infractions commises entre juin 2018 et février 2019, laquelle a envoyé Mathieu Bazinet-Lamothe en prison pour 90 jours, est particulièrement longue.

À la suite d’un jugement rendu le 2 août dernier au Palais de justice de Drummondville, Bazinet-Lamothe purgera sa peine de façon discontinue les fins de semaine, dès le 10 août.

L’homme âgé de 31 ans a notamment volé une lampe au Canadian Tire, le 29 juin 2018, alors qu’il était en période de probation. Moins de deux mois plus tard, deux vélos volés par un autre individu, d’une valeur de 2150 $, ont été retrouvés à son domicile.

Bazinet-Lamothe a communiqué à quelques reprises avec Roger Jr Reynes, même s’il lui était interdit de le faire, puisque les deux hommes ont été accusés dans une histoire de trafic de stupéfiants. Le trentenaire a vendu neuf comprimés de métamphétamine à un agent d’infiltration le 8 février dernier.

Avant d’effectuer un séjour en thérapie au centre de traitements en dépendance du Domaine Orford à Sherbrooke, Mathieu Bazinet-Lamothe avait omis d’effectuer près de 200 heures de travaux communautaires. Son avocat, Me François Lafrenière, a toutefois évoqué le fait que son client s’est repris en main lors de la thérapie d’une durée de six mois.

«Les rapports évolutifs et finaux de la thérapie sont très positifs. Monsieur s’est non seulement conformé aux règles de la maison de thérapie, mais il a aussi participé activement aux différents ateliers, il a élaboré un plan de réhabilitation solide, il a travaillé comme bénévole à la cuisine pendant un bon bout de temps et, après la thérapie, il a continué à donner de son temps», a énuméré Me Lafrenière.

Celui-ci a aussi noté le fait que Mathieu Bazinet-Lamothe résidera au centre de réinsertion sociale de la Maison L’intégrale à Sherbrooke pour reprendre sa vie en main. L’homme envisage désormais la possibilité d’occuper un travail rémunéré au centre de traitements en dépendance du Domaine Orford.

Le juge Gilles Lafrenière de la Cour du Québec a entériné la suggestion commune. Me Lafrenière a soulevé le fait que son client pourra ainsi conserver ses acquis et profiter de l’aide nécessaire au besoin.

«J’espère que cette thérapie aura été un grand tournant dans votre vie. Vous avez cumulé beaucoup d’infractions, mais j’espère qu’on ne vous reverra pas. Vous êtes pris en main et je suis heureux du cheminement que vous avez fait», a lancé le juge à l’endroit de Bazinet-Lamothe avant d’imposer la peine.

Le fautif sera sous probation pour une durée d’une année. Il ne pourra communiquer avec Roger Jr Reynes. Il lui sera aussi interdit de posséder une arme à vie.

Partager cet article