La Feuille verte marque l’histoire, un plant de cannabis à la fois

La Feuille verte marque l’histoire, un plant de cannabis à la fois
Quelques milliers de plants de cannabis ont été mis en terre dans le champ de la Feuille verte, jeudi dernier. (Photo : gracieuseté Raphaëlle Lanoie)

ENTREPRISE. Jeudi dernier, la Feuille verte a écrit une page d’histoire en faisant la plantation extérieure de quelques milliers de plants de cannabis sans tétrahydrocannabinol (THC), donc sans effets psychotropes. Une fois transformés, les plants serviront à créer de produits de tous genres pour le marché.

Le chanvre est légal au Canada depuis 1998, mais grâce à la deuxième phase de légalisation du cannabis, il sera désormais possible de «récolter les têtes florales» et de les transformer pour développer des produits dérivés. C’est sur ce deuxième aspect que la Feuille verte investira ses énergies prochainement.

Cet été marque la première saison estivale où ce type de culture est légale et la Feuille verte n’a pas attendu une minute pour procéder à la plantation de cannabis à l’extérieur, faisant d’elle une pionnière dans le milieu.

«On avait déjà les infrastructures pour démarrer les pousses à l’intérieur, dans notre pouponnière. Nous avons la licence pour cela depuis mars. Puis, dès que la température nous a permis de le faire, on a mis les plants aux champs, a expliqué Dany Lefebvre, chef des opérations chez la Feuille verte.

La Feuille verte se concentre sur les produits sans tétrahydrocannabinol (THC).

Les plants de cannabis existent depuis toujours et à la base, ils sont naturels. C’est juste normal de retourner les cultiver à l’extérieur, dans leur véritable milieu. S’ils ont été cultivés à l’intérieur depuis les dernières décennies, c’est parce qu’ils étaient encore illégaux».

Il est évident que l’entrepreneur a fait preuve d’audace en se lançant dans le domaine. Il a su profiter de la légalisation du cannabis à bon escient, notamment avec la deuxième phase qui prévoit la vente de produits comestibles, de boissons et de crèmes. Rappelons que la Feuille verte se spécialise présentement dans les produits à base de graines de chanvre qui ne génèrent pas d’effets psychotropes.

«On n’était pas encore autorisé à infuser des aliments ou des breuvages avec des produits de cannabis, mais avec la légalisation 2.0, on va pouvoir le faire.

Notre vision chez la Feuille verte, c’est de développer des produits avec autres choses que les graines de chanvre, mais qui sont toujours sans THC. Ainsi, on veut se distinguer et offrir des produits avec de nouvelles caractéristiques», a fait savoir M. Lefebvre.

À compter du 16 décembre prochain, les tablettes des Sociétés québécoises du cannabis (SQDC) se rempliront de produits dérivés – avec ou sans THC –, en vertu de la nouvelle réglementation, et la Feuille verte espère bien faire partie du décor.

«C’est toute l’histoire qui est en train de changer avec la légalisation du cannabis. Ce que le Canada vient de réaliser, c’est une tâche assez incroyable», est d’avis Dany Lefebvre.

Une fois transformées, les têtes florales serviront au développement de nouveaux produits dérivés du cannabis.

Les vertus du cannabis

Selon l’entrepreneur, le cannabis est «une plante qui a beaucoup plus à offrir qu’un simple joint». Il souhaite qu’un jour, les gens comprennent que le cannabis va bien au-delà de la consommation récréative de marijuana.

«La prohibition du 20e siècle va surement être reconnue comme l’un des plus grands mensonges de cette époque. Grâce à son changement de statut, les gens vont avoir l’occasion de redécouvrir la plante et ses bienfaits. Plus tard, on va se demander pourquoi on l’a prohibée pendant aussi longtemps», a-t-il ajouté.

Quand le cannabidiol (CBD), une substance connue pour ses bénéfices sur la santé — se combine aux terpènes de la plante, cela donne lieu à des produits forts intéressants pour les humains et même pour les animaux.

«Avec la transformation des têtes florales, on va être capable de développer des produits bons pour le sommeil, d’autres qui réduisent l’anxiété, qui améliorent la concentration, etc. Bref, on veut juste le bien-être de nos consommateurs», a souligné Dany Lefebvre.

Il est d’avis que le cannabis est 100 ans en arrière d’une plante comme celle du soja. «Plus tard, on va retrouver cet ingrédient dans des sauces, des breuvages, des thés et ce sera normal. Certains considèrent le cannabis comme une manne alimentaire. D’ailleurs, notre but chez la Feuille verte c’est vraiment de démocratiser tous les bénéfices entourant cette plante», a-t-il conclu.

Partager cet article