MacLeod, Baker et Falkenham : l’escouade d’Halifax

Photo de Jonathan Habashi
Par Jonathan Habashi
MacLeod, Baker et Falkenham : l’escouade d’Halifax
Gregor MacLeod. (Photo : archives, Ghyslain Bergeron)

HOCKEY. Après Xavier Simoneau en première ronde et Nicolas Guay au second tour des séries éliminatoires, c’est au tour de Gregor MacLeod, Jarrett Baker et Ryan Falkenham d’affronter l’équipe de leur région natale en demi-finale. Le trio anglophone originaire de la Nouvelle-Écosse souhaite aider les Voltigeurs à vaincre les Mooseheads pour ainsi accéder à la finale de la coupe du Président.

Natif d’Halifax, Ryan Falkenham a défendu l’uniforme des Mooseheads pendant quatre saisons. L’ex-attaquant a aidé la troupe de Dominique Ducharme et Steve Hartley à remporter les coupes du Président et Memorial en 2013 avant d’être nommé capitaine de l’équipe en 2014-2015. Âgé de seulement 23 ans, il vient de compléter sa deuxième campagne comme entraîneur-adjoint chez les Voltigeurs.

Ryan Falkenham. (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)

«C’est toujours excitant pour moi de retourner à Halifax, avec toute l’histoire que j’ai là-bas. Je connais beaucoup de gens dans l’organisation et j’ai beaucoup de souvenirs dans cet édifice. Ma famille et mes amis seront là en grand nombre, ce qui rendra les choses encore plus spéciales. Ce sera différent pour moi d’être de l’autre côté, mais au bout du compte, ça ne changera rien sur la glace», a raconté Falkenham à l’approche du premier match de la série.

«Jouer dans sa ville natale ou contre d’anciens coéquipiers, c’est normal au hockey, a-t-il continué. On espère même que ça puisse devenir un avantage.»

Originaire de Dartmouth, en banlieue d’Halifax, Gregor MacLeod a grandi comme un partisan des Mooseheads. Son père Jeff MacLeod a également été instructeur-adjoint de l’équipe entre 2007 et 2010.

«Évidemment, j’étais un grand fan des Mooseheads quand j’étais plus jeune. J’encourageais l’équipe lorsqu’elle a gagné la coupe Memorial. Aujourd’hui, je suis excité de retourner à la maison et de jouer devant mes proches», a confié l’attaquant de 20 ans.

De son côté, Jarrett Baker est originaire de l’île du Cap-Breton, mais il a disputé une saison avec l’équipe midget AAA de Halifax.

«Quand j’étais jeune, j’étais un partisan des Eagles plutôt que des Mooseheads. J’ai tout de même beaucoup d’amis à Halifax et ma famille vient voir les matchs. C’est toujours spécial de jouer là-bas. Il y a beaucoup d’atmosphère, particulièrement en séries éliminatoires», a laissé entendre le défenseur de 18 ans.

Une série haute en émotions

Face aux Mooseheads, les trois membres des Voltigeurs s’attendent à une série longue et serrée. Les amateurs de hockey devraient assister à du jeu rapide et intense, où chaque pouce de patinoire sera âprement disputé.

«C’est une équipe qui possède beaucoup de talent et d’habiletés en offensive, a fait remarquer Macleod. On devra respecter notre plan de match à la lettre, c’est-à-dire, placer la rondelle derrière leurs défenseurs et bouger nos pieds. Si on fait ça, on va se donner de meilleures chances d’avoir du succès.»

«En demi-finale, il ne reste plus que quatre équipes. Peu importe l’adversaire, ce ne sera pas facile, a renchéri Falkenham. Ça va jouer dur. Il faudra être prêts à payer le prix.»

Alors que les parties à Drummondville devraient être disputées devant des salles combles avoisinant les 3500 spectateurs, les joueurs s’exécuteront devant des foules supérieures à 8000 personnes à Halifax. «Ce sera excitant de jouer devant de grosses foules. Il y aura beaucoup de bruit, mais les gars aiment jouer dans de telles situations. Peu importe l’endroit, on devra jouer notre match et ne pas se laisser déranger par les distractions. On devra continuer de faire ce qui nous a permis d’avoir du succès jusqu’ici», s’est dit d’avis Ryan Falkenham.

L’adjoint de Steve Hartley estime d’ailleurs que la contribution de MacLeod et Baker sera essentielle pour que les Voltigeurs puissent venir à bout des hôtes du prochain tournoi de la coupe Memorial. «Gregor nous apporte beaucoup d’offensive, mais durant la dernière saison, il a beaucoup travaillé sur son jeu dans les deux sens de la patinoire. Il est maintenant plus responsable défensivement. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il a signé chez les professionnels», a-t-il souligné.

«Quant à Jarrett, c’est un défenseur qui joue dur et qui travaille toujours très fort, a ajouté Falkenham. Il est fiable dans sa zone, il bloque des lancers et il est solide en désavantage numérique. Nous aurons besoin qu’ils soient au meilleur de leur forme pour le reste des séries.»

Un premier contrat pro

À ses derniers milles dans le hockey junior, Gregor MacLeod est parvenu à attirer l’attention de l’organisation des Red Wings de Détroit. L’ailier attitré de Joseph Veleno a décroché un contrat d’une saison avec les Griffins de Grand Rapids, dans la Ligue américaine.

«C’est un bon pas en avant dans ma carrière. Sans mes entraîneurs, mes coéquipiers et ma famille, ça aurait été impossible d’arriver jusque-là. Je me sens prêt à jouer à ce niveau, mais je sais qu’il me reste encore beaucoup de travail à faire pour arriver prêt au camp d’entraînement. J’y vais au jour le jour», a exprimé l’athlète de 6 pieds et 182 livres.

«Pour l’instant, je concentre toutes mes énergies sur gagner la coupe Memorial avec les Voltigeurs», a ajouté celui dont le père Jeff MacLeod a évolué à la position de défenseur dans les rangs professionnels en Allemagne en plus de représenter le Canada sur la scène internationale.

Horaire de la demi-finale (heure de l’Est)

Jarrett Baker. (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)
  • Match 1

Vendredi 19 avril, 19 h 30, Centre Marcel-Dionne

  • Match 2

Samedi 20 avril, 19 h, Centre Marcel-Dionne

  • Match 3

Mardi 23 avril, 18 h, Centre Banque Scotia

  • Match 4

Mercredi 24 avril, 18 h, Centre Banque Scotia

  • Match 5 (si nécessaire)

Vendredi 26 avril, 19 h 30, Centre Marcel-Dionne

  • Match 6 (si nécessaire)

Dimanche 28 avril, 13 h, Centre Banque Scotia

  • Match 7 (si nécessaire)

Mardi 30 avril, 19 h, Centre Marcel-Dionne

À lire également :

Éric Veilleux : «On devra toujours être aux aguets»

Partager cet article