Brigitte «Bidou» Boisjoli prend tout ce qu’il y a à prendre

Brigitte «Bidou» Boisjoli prend tout ce qu’il y a à prendre

Brigitte Boisjoli a quelque chose de particulier. À Drummondville, tout le monde sait que cette «académicienne» a été la dame blanche des Légendes fantastiques. L’Express s’est récemment entretenu avec sa mère, Johanne Langis, et sa sœur, Édith Boisjoli, afin d’en apprendre davantage sur cette Drummondvilloise qui, devant 2 525 000 téléspectateurs, a chanté en duo avec Céline Dion, dimanche dernier, sur le réseau TVA.

«Présentement, Brigitte est dans son élément, a assuré sa mère. Elle est sur l’adrénaline au « max ». Elle se dit fatiguée et émotive, mais elle apprécie chaque moment. Elle voit ça comme un cadeau. Elle nous a dit : « Ça va me faire un bagage incroyable! ».»

Chose certaine, le gala de dimanche dernier a donné des frissons à ses proches, surtout lorsque la principale intéressée a chanté en duo avec la diva québécoise. «Elle a dit qu’elle n’avait jamais été aussi stressée de sa vie», a partagé la sœur de la chanteuse, qui a pu lui parler à l’issue de cette prestation inusitée.

Son parcours

Depuis son arrivée à l’académie, son amour de la scène et de la chanson ainsi que sa bonne humeur contagieuse font que bien des Québécois se sont attachés à l’artiste de Drummondville. Au dire de ses proches, elle a toujours été de nature enjouée.

«Brigitte était une enfant énergique et fonceuse», a soutenu la mère de la chanteuse.

Au secondaire, Brigitte a fréquenté le Pensionnat de Drummondville tout en chantant au sein de l’ensemble vocal Gospangels et pour le spectacle Les Légendes fantastiques. Elle a personnifié la Dame blanche durant sept ans. Elle a également étudié en danse au Cégep de Drummondville pendant un an. «Brigitte n’a jamais arrêté de chanter. Depuis longtemps, elle trouve aussi du temps pour se produire dans le cadre d’événements corporatifs», a affirmé Édith, dont la ressemblance avec sa sœur est indiscutable.

Durant sept années, Brigitte Boisjoli a chanté au Bistro de la gare, rue Lindsay. Depuis que la Mezzanine a rouvert ses portes, elle a choisi de s’y produire, notamment pour des raisons d’horaire.

Fait à souligner, Brigitte a foulé la scène de cet endroit avec Olivier Beaulieu, ex-académicien. «Brigitte a commencé à jouer avec Olivier il y a environ deux ans. Elle s’entend bien avec lui. Elle a eu beaucoup de peine lorsqu’elle a appris qu’il devait quitter l’académie», a raconté Johanne Langis.

En attendant de prendre part à la grande tournée de Star Académie, Olivier Beaulieu continue d’ailleurs de se produire à cet endroit de façon sporadique.

Bidou!

Les proches de Brigitte planifient actuellement un plan de sauvetage au cas où elle serait mise en danger. Sur certains objets promotionnels et affiches qui circuleront à cet effet, le mot Bidou revient constamment. La sœur de Brigitte a tenu à expliquer les raisons de ce choix.

«Quand nous étions jeunes, mon grand-père Langis (maternel) appelait tous ses petits-enfants Bidou, a fait savoir Édith. En vieillissant, la seule personne dans la famille à avoir conservé ce surnom est Brigitte.»

Chose certaine, Bidou est bien entourée et soutenue par ses proches et il y a fort à parier que les Drummondvillois voudront bien se prêter au jeu pour l’aider à gravir tous les échelons jusqu’au sommet. «Pour la soutenir, nous avons choisi de faire fabriquer des tuques roses et noires sur lesquelles on peut voir Virgule, son chien-saucisse, a indiqué la sœur de la populaire académicienne. Le surnom Bidou est aussi inscrit sur le devant de la tuque. Jusqu’à maintenant, nous en avons vendu une centaine, mais nous n’en avons pas encore parlé beaucoup.»

Une nouvelle commande devrait rentrer sou peu puisque la marchandise a été écoulée. Les gens pourront se procurer la tuque dans les locaux du collège Team Bergeron (rue Saint-Jean) ainsi qu’au bar La Mezzanine (rue Lindsay).

Si Brigitte est mise en danger d’ici la fin de l’aventure, une activité devrait aussi se dérouler au centre-ville de Drummondville avec des membres de Team Bergeron. Ceux-ci seront probablement appelés à monter et à descendre l’escalier situé à l’avant de l’église Saint-Frédéric (face au parc Woodyatt).

En attendant, ce dimanche, les trois candidates en danger seront Émilie, Joanie et Vanessa.

Partager cet article