Un homme sauvagement battu dans un stationnement

Un homme sauvagement battu dans un stationnement
(photo Ghyslain Bergeron)

FAITS DIVERS. Le vaste déploiement policier de la nuit dernière a été nécessaire en raison d’une sauvage agression survenue dans la cour du Marché public, vers 3 h 45 vendredi.

Selon ce que L’Express a pu apprendre, une voiture, avec deux hommes à bord, est arrivée dans le stationnement du Marché public, en provenance de la rue Saint-Jean, vers 3 h 45.

Le conducteur serait sorti du véhicule avant de se diriger vers le coffre de la voiture pour l’ouvrir. Par la suite, après avoir saisi un objet, il aurait nerveusement avancé vers le passager qui avait ouvert la portière avant.

Il semblerait qu’une altercation verbale aurait dégénéré. Le conducteur se serait avancé et, sans avertissement, le passager aurait frappé le conducteur.

Par la suite, le conducteur a été roué de coups. Ce dernier se serait frappé la tête en tombant, à au moins deux reprises, dans le stationnement. Gisant au sol, la victime a reçu plusieurs coups supplémentaires.

Un témoin aurait composé le 911 afin d’alerter les policiers de l’événement en cours.

À quelques reprises, le passager aurait tenté de faire monter la victime dans la voiture pour quitter les lieux. Il aurait finalement raccompagné l’homme ensanglanté qui se serait assis, après avoir regagné la voiture en titubant, à la place du passager.

Au moment de quitter le stationnement du Marché public, les policiers auraient tenté d’intercepter le véhicule qui prenait la fuite. La voiture des suspects serait passée par-dessus une bordure de trottoir avant de s’arrêter sur la rue Saint-Albert, à l’intersection de la rue Saint-Jean.

«Deux hommes ont été transportés à l’hôpital en raison de blessures importantes. Pour le moment, on ne craindrait pas pour la vie des individus. Ils sont peu collaborateurs. L’altercation pourrait être liée au monde des stupéfiants», a expliqué Audrey-Anne Bilodeau de la SQ.

Le périmètre de sécurité a forcé la fermeture de plusieurs commerces, dont le Marché public et l’école Saint-Joseph.

Peu avant 13 h, la vie a pu reprendre dans le secteur des rues Saint-Jean et Saint-Albert.

Partager cet article