Un deuxième centre d’entraînement pour Team Bergeron

Un deuxième centre d’entraînement pour Team Bergeron
Yanick Bergeron revient au bercail en ouvrant un nouveau gymnase sur la rue des Écoles. (Photo : Ghyslain Bergeron)

SPORT. Le Collège Team Bergeron n’a plus besoin de présentations. Après avoir quitté Drummondville il y a quelques années pour établir son gymnase sur la route 139, à Wickham, le propriétaire Yanick Bergeron revient au bercail. En effet, dès janvier 2023, il ouvrira un deuxième centre d’entraînement, sur la rue des Écoles, à même les anciennes installations de Denim Swift.

Yanick Bergeron piaffait d’impatience d’annoncer son retour à Drummondville.

«J’avais beaucoup de demandes (pour entraîner des gens à Drummondville), car ce n’est pas tout le monde qui peut se déplacer à Wickham. Team Bergeron donnait déjà des cours de boxe et jiujitsu à la Denim Swift, en collaboration avec le club de taekwondo, alors le jumelage a été naturel. Nous aurons chacun nos cases horaires», a expliqué M. Bergeron.

Le nouveau gymnase sera situé au troisième étage du 575, rue des Écoles. Les utilisateurs seront choyés avec de l’équipement de qualité. «Disons que j’ai investi un peu plus de 15 000 $ en équipement neuf. Je vais aussi avoir un ring», a ajouté l’homme de 46 ans.

L’âme de Team Bergeron sera transportée dans la nouvelle école d’arts martiaux, mais une mission différente sera mise en place.

Yanick Bergeron revient au bercail en ouvrant un nouveau gymnase sur la rue des Écoles. (photo : Ghyslain Bergeron)

«À Wickham, on va conserver l’aspect compétitif sans oublier le récréatif. Ça va rester la maison-mère. Ici, ce sera plus familial, car Team Bergeron, c’est ça. Une famille. Je vais aussi faciliter les déplacements des organismes qui venaient me visiter à Wickham. Maintenant, des écoles pourront venir à la marche. Je ne vois que du positif de m’installer ici», a confié Yanick Bergeron.

La mission de Team Bergeron a évolué au fil des ans. Si, au début, l’école servait à entraîner des hommes qui voulaient devenir agent de sécurité, les dernières années ont vu apparaître un volet éducatif.

«J’ai des éducateurs qui m’envoient des jeunes qui sont plus difficiles. Ça leur permet d’évacuer. Les résultats sont très positifs. Ça garde les jeunes motivés et ça leur donne le goût de rester à l’école. Ç’a un effet rassembleur. De plus, en adoptant un mode de vie plus sain, ça encourage la prise de responsabilité dans d’autres domaines», a conclu l’entraîneur.

Des emplois pourraient être créés lorsque l’école sera ouverte.

Partager cet article