Le Brock fait déjà face à l’élimination

Le Brock fait déjà face à l’élimination
Le Brock a été vaincu 7-1 par le Big Bill dans le premier match de la série opposant les deux équipes, mercredi soir, à Coaticook. (Photo : archives, Ghyslain Bergeron)

BASEBALL. Le Brock a entrepris sa série face au Big Bill du mauvais pied, mercredi soir, au stade Julien-Morin.

Vaincus au compte de 7-1, les Drummondvillois ont vu leurs rivaux de Coaticook prendre les devants 1-0 dans cette courte série deux-de-trois au premier tour éliminatoire dans la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ).

Après avoir ouvert le pointage dès son premier tour au bâton, le Brock n’a pas été en mesure de poursuivre sur sa lancée. Le Big Bill a riposté avec un point en première manche avant de prendre les devants 2-1 à son deuxième tour au bâton. Le match s’est toutefois joué en quatrième manche, lorsque Gabriel Fromental-Houle a réussi un grand chelem qui portait la marque à 6-1.

«Le score n’indique pas l’allure du match, a affirmé le joueur-entraîneur du Brock, Mathieu Audet. On a bien commencé la partie et on s’est bien battu jusqu’à la fin. Même après le grand chelem, on n’a pas baissé les bras. En défensive, on a bien joué. On n’a commis aucune erreur coûteuse. C’était un match serré qui aurait pu tourner d’un bord comme de l’autre.»

Michael Zgorzelski. (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)

Le partant du Big Bill, Alexandre Pharand, a limité les frappeurs du Brock à un point non mérité sur cinq coups sûrs et deux buts sur balles en six manches de travail. Le droitier a réussi trois retraits au bâton avant d’être remplacé par Émile Bellemare.

«Pharand n’a pas commis beaucoup de largesses, mais il va falloir changer notre approche au bâton, a dit Mathieu Audet. Ce soir, on s’est élancé trop tôt dans le compte. Quand un frappeur s’élance sur une balle à effets dès le premier lancer, statistiquement, il connait moins de succès. Il faudra être plus patient, travailler notre œil au bâton et choisir le bon lancer. C’est en prenant les devants dans le compte qu’on va mettre toutes les chances de notre côté.»

En sixième manche, le Brock a rempli les buts, mais Alexandre Pharand s’est sorti d’impasse en retirant les trois frappeurs suivants. «On a frappé quelques balles avec aplomb, mais le Big Bill a réalisé plusieurs beaux jeux en défensive. Ils ont notamment réussi deux doubles jeux. Ça nous a fait mal», a fait observer Mathieu Audet.

Le lanceur partant du Brock, Michael Zgorzelski, a œuvré durant quatre manches et un tiers au monticule. Le droitier de 37 ans a permis sept points, dont six mérités, sur six coups sûrs et quatre buts sur balles. Philippe Seyer-Lamontagne a été employé en relève.

«Mike a connu un bon départ. Sa balle bougeait bien et ses lancers étaient près du marbre. C’est le même Zgorzelski qu’on a l’habitude de voir, mais ce sont des choses qui arrivent au baseball», a indiqué Mathieu Audet en faisant référence au grand chelem de Gabriel Fromental-Houle.

La balle confiée à Justin Revels

Le Brock fera donc face à l’élimination dès jeudi soir, au stade Jacques-Desautels. Le premier lancer aura lieu sur le coup de 20 h.

«Pour nous, demain est un nouveau match. Notre énergie est bonne. Les choses vont vite dans une série deux-de-trois. Si on gagne demain, le momentum va être de notre côté», a fait remarquer Mathieu Audet.

Le droitier américain Justin Revels amorcera ce match sans lendemain au monticule pour le Brock. Le lanceur de 25 ans originaire de l’Arizona pourrait être opposé au gaucher Frédérick Fauteux.

«Revels a livré de solides performances en fin de saison. Il a été impliqué dans des matchs serrés», a souligné Mathieu Audet, qui doit composer avec l’absence de son as lanceur Chris Salamida en séries éliminatoires.

Si un troisième et ultime duel s’avère nécessaire, il aura lieu samedi soir (18 h), à Coaticook. Le droitier Mathieu Adam pourrait alors être envoyé sur la butte.

À lire également : Le Saint-Fred tentera de se racheter en séries

Partager cet article