Des pratiques dehors pour le hockey mineur

Des pratiques dehors pour le hockey mineur
La Ville de Drummondville a autorisé les équipes de hockey mineur à s’entraîner sur trois patinoires extérieures de la région, les samedis et dimanche avant-midi. (Photo : Depositphotos)

HOCKEY. Bonne nouvelle pour les jeunes hockeyeurs de la région de Drummondville. Privés de leur sport favori depuis plus d’un mois en raison des restrictions sanitaires, ils pourront renouer avec l’action… dehors.

Imitant la Ville de Granby, la Ville de Drummondville a libéré des plages horaires sur trois patinoires extérieures de son territoire à compter de cette fin de semaine. Chaque samedi et dimanche avant-midi, les équipes de l’Association de hockey mineur de Drummondville (AHMD) pourront donc réserver un moment pour s’entraîner à l’extérieur sur l’une des deux surfaces réfrigérées (Victor-Pepin et de la Seigneurie) ou sur la patinoire de quartier Joly.

«On est fiers d’avoir enfin une bonne nouvelle pour nos jeunes joueurs, a lancé le président de l’AHMD, Luc Camirand. Ça fait un mois qu’ils payent pour la COVID. On continue à se battre pour trouver des solutions pour eux. C’est une solution temporaire, en attendant la reprise des activités à l’intérieur. Au moins, ça va permettre à nos jeunes de se regrouper entre amis et de recommencer à bouger.»

La patinoire réfrigérée Victor-Pepin. (Photo d’archives)

Comme plusieurs associations sportives à travers le Québec, l’AHMD, qui compte près de 900 membres, s’inquiète des effets négatifs de l’actuel confinement sur les jeunes athlètes. Jeudi, le premier ministre François Legault a répété qu’il faudra encore attendre avant de voir un assouplissement des mesures sanitaires.

«Chaque annonce du gouvernement nous scie les jambes. On ne voit pas de lueur d’espoir à l’horizon. Du côté de l’Ontario, il y a une date de retour au jeu, mais ici, ce n’est pas clair. On ne peut pas prendre de décision. Ça devient très difficile. On ne veut pas revivre ce qu’on a vécu l’an passé. Ça commence à être lourd pour les jeunes», a déploré Luc Camirand, qui appréhende une baisse des inscriptions en vue de la prochaine saison.

«Il faut qu’au 1er février, on sache où on s’en va, a-t-il ajouté. On a des séries éliminatoires à préparer. Il y a aussi les championnats interrégionaux et le tournoi de la coupe Dodge qui s’en viennent. On a joué seulement la moitié de la saison régulière. De toute évidence, on va devoir étirer la saison jusqu’à la fin du mois de mai.»

Même s’ils s’entraîneront à l’extérieur, les jeunes joueurs devront respecter quelques mesures sanitaires. Ainsi, seulement deux équipes seront autorisées à s’entraîner sur leur section de patinoire respective. De plus, les joueurs devront arriver vêtus de leur équipement de la tête aux pieds afin d’éviter les regroupements à l’intérieur.

À lire également : Sports Québec demande un plan de reprise

Partager cet article