Vaccination obligatoire : le CIUSSS profite du sursis pour recruter et mieux s’organiser

Photo de Cynthia Martel
Par Cynthia Martel
Vaccination obligatoire : le CIUSSS profite du sursis pour recruter et mieux s’organiser
À l’heure actuelle, c’est l’équivalent de 400 postes d’infirmières et d’infirmières auxiliaires à temps complet qui doit être comblés. (Photo : Deposit)

COVID-19. Avec la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé repoussée au 15 novembre, le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a plus de temps pour réorganiser les services et tenter d’atténuer les impacts que créeront certains départs, notamment en poursuivant le recrutement.    

À l’instar de tous les établissements de la province, le CIUSSS MCQ devait déployer son plan de contingence à compter du 15 octobre, avant que le ministre de la Santé, Christian Dubé, ne fasse volte-face la semaine dernière.

«Cela va nous donner plus de temps pour penser et mettre en application de nouvelles initiatives. On va pouvoir mieux élaborer le plan, et ce, en fonction du taux de vaccination chez le personnel, qui, on le souhaite, évoluera», indique Guillaume Cliche, agent d’information au CIUSSS MCQ.

Le plan de contingence vise à préserver les services essentiels offerts sur le territoire et établir ce qui peut être délesté ou réorganisé.

«Notre souhait, c’est bien sûr de maintenir tous les services, mais en ce moment, c’est utopique de penser ça», laisse entendre M. Cliche, en insistant sur le fait que la vaccination demeure «nécessaire».

Une partie des employés pourrait être temporairement réaffectée à d’autres tâches et vers d’autres villes du territoire pour veiller à ce que tous les services essentiels ciblés soient fournis convenablement.

Une fois le plan de contingence mis en place, le CIUSSS fait savoir qu’il prévoit assurer une vigie rigoureuse chaque semaine afin que la population soit le moins impactée possible. Une grande évaluation des besoins sur le terrain sera également faite aux trois mois.

En date du 18 octobre, un peu plus de 1000 travailleurs cliniques sur le territoire du CIUSSS MCQ étaient non adéquatement vaccinés.

«Ce report nous permet aussi de continuer à encourager la vaccination. D’ailleurs, il y a une belle initiative qui est en cours. Une dizaine de médecins de la région se sont mobilisés pour se rendre disponibles aux employés qui se questionnent et hésitent encore à se faire vacciner. Il s’agit de rencontres individuelles durant laquelle les médecins répondent aux questions et tentent de rassurer les gens», explique l’agent d’information.

Rappelons que d’ici le 15 novembre, le personnel qui n’est pas adéquatement vacciné doit subir un minimum de trois tests de dépistage de la COVID-19 par semaine. Ces mêmes travailleurs ne recevront pas les différentes primes COVID ainsi que la prime de 15 000 $ aux infirmières. Ils toucheront à ces prestations s’ils se font doublement vacciner d’ici la date butoir.

Embauches

De surcroît, le CIUSSS MCQ profitera de ce sursis pour poursuivre son processus d’embauches. L’établissement a d’ailleurs bon espoir avec les incitatifs et les primes annoncés par le gouvernement de recruter plusieurs ressources.

À l’heure actuelle, c’est l’équivalent de 400 postes d’infirmières et d’infirmières auxiliaires à temps complet qui doit être comblés pour être en mesure de diminuer, voire éliminer le temps supplémentaire obligatoire, un objectif du CIUSSS.

«Nous sommes aussi en train de revoir toutes les conditions de travail, car oui c’est bien d’accueillir de nouveaux employés, mais il faut les garder aussi».

Des aides de service seront également embauchés de même que des ressources administratives.

«Il faut travailler à réduire la charge de travail, reconnaître l’expertise des infirmières et optimiser leur rôle. En ce sens, en recrutant de nouvelles ressources administratives, ça va libérer les infirmières qui ont beaucoup de tâches administratives à faire», commente M. Cliche.

Partager cet article