Nicolas Duvernois acquiert la moitié du BockAle

Nicolas Duvernois acquiert la moitié du BockAle
Michael Jean et Nicolas Duvernois ont trinqué à l’entente d’affaires réalisée au BockAle. (Photo : Ghyslain Bergeron)

AFFAIRES. Au printemps dernier, Michael Jean, président du BockAle, a décroché l’offre la plus généreuse proposée à l’émission télévisée Dans l’œil du dragon. Six mois plus tard, le dragon Nicolas Duvernois est passé à l’acte en faisant l’acquisition de la moitié de l’entreprise drummondvilloise après être tombé en amour avec les produits de houblon brassés sur la rue Canadien.

Au moment du tournage, Michael Jean demandait 500 000$ pour 10% de l’entreprise. Deux offres très intéressantes lui avaient été proposées. L’entrepreneur Nicolas Duvernois avait pris les devants avec une offre d’un million de dollars pour 20 % des parts de l’entreprise.

«L’offre initiale s’est bonifiée au cours des derniers mois tellement nos synergies, nos valeurs et notre vision sont complémentaires. C’est un réel bonheur pour moi de pouvoir non seulement agrandir et diversifier notre offre, mais aussi joindre notre superbe équipe à un entrepreneur et partenaire d’exception», a lancé Nicolas Duvernois, reconnu pour son produit Pur Vodka.

Nicolas Duvernois. (Photo Ghyslain Bergeron)

L’alliance stratégique de Michael Jean avec le dragon Nicolas Duvernois permettra au BockAle se consolider sa position de leader dans l’industrie et d’accélérer la croissance de son entreprise.

«On a de grands projets. Comme notre bail se termine l’an prochain, on va mettre en branle un gros projet. Nous sommes à attacher les fils. L’idée d’une usine touristique mijote. On verra après la relocalisation. Cette transaction n’est que la première étape vers de nouveaux horizons», a expliqué M. Jean en précisant que 75 % de son chiffre d’affaires concerne la bière sans alcool.

Le propriétaire de la Microbrasserie Le BockAle, Michael Jean, avait été inscrit à son insu à l’émission Dans l’œil du dragon à Radio-Canada. Après réflexion, ce dernier avait décidé de se prêter au jeu. Contre toute attente, l’entrepreneur avait décroché l’offre la plus généreuse de l’histoire des dragons.

«Mon collègue et partenaire Mathieu Guilbault a décidé de m’inscrire sans me le dire. Un coup qu’il me l’a dit, j’ai décidé d’embarquer», avait raconté M. Jean à l’époque.

L’entrepreneur drummondvillois avait décidé d’embarquer dans l’aventure dans le but de percer le marché anglophone. «Le plan de match était d’avoir un bon discours de vente sans être trop prétentieux. On voulait montrer de l’authenticité et voir ce qui allait se présenter à nous», soutenait celui qui est un pionnier dans son domaine.

Michael Jean et Nicolas Duvernois. (Photo Ghyslain Bergeron)
Partager cet article