Un restaurant pourrait ouvrir dans l’ancienne église Saint-Philippe

Un restaurant pourrait ouvrir dans l’ancienne église Saint-Philippe
L’ancienne église Saint-Philippe pourrait accueillir un restaurant dans les prochains mois. (Photo : Ghyslain Bergeron)

RESTAURATION. L’ancienne église du secteur Saint-Philippe, à l’intersection des boulevards Mercure et Saint-Joseph à Drummondville, pourrait revivre. Les copropriétaires des restaurants Blaxton Pub & Grill sont à la recherche d’un franchisé qui pourrait prendre en main les cuisines de l’entreprise qui a vu le jour en 2013.

«On aime bien le coin», a lancé d’entrée de jeu Antoine Rouleau, copropriétaire du Blaxton. C’est l’actuel propriétaire du bâtiment qui a contacté les entrepreneurs en restauration afin de leur proposer l’emplacement.

«Nous avons un échéancier de développement échelonné sur 10 ans pour atteindre 30 restaurants. Pour le moment, nous en avons quatre d’ouverts et on va être présent au salon des franchisés en novembre, à Montréal», a expliqué M. Rouleau.

Les habitués du Turf de la rue Cartier à Québec auront de quoi être ravis, car le Blaxton est la continuité du populaire restaurant.

Les copropriétaires du Blaxton sont à la recherche d’un franchisé à Drummondville. (Photo : Blaxton)

«Nous cherchions un nouveau «brand». On est passé d’une centaine de noms à seulement cinq. On cherchait un nom anglophone qui sonnait américain. Comme nous avons une inspiration bostonnaise et que le révérent William Blaxton détenait, vers les années 1600, les terres où se trouve Boston aujourd’hui, le choix a été logique», a ajouté M. Rouleau.

Même si le Blaxton n’existe que depuis 2013, c’est une quarantaine d’années d’expérience qui forgent la réputation de ce restaurant. «Mes parents ont fondé le Continental à Québec et j’ai grandi dans ce domaine. Antoine est avec nous depuis 1995, alors les racines de la restauration sont bien implantées au sein de notre entreprise», a précisé Peter Sgobba, copropriétaire du Blaxton.

Pour le moment, les détails du projet demeurent encore inconnus, mais une trentaine d’emplois devraient être créés. «Nous sommes à l’étape de trouver un franchisé qui connait la restauration, car nous sommes trop loin pour gérer ça. Nous n’avons pas d’échéancier précis pour cet emplacement. Il y a des rénovations à faire, c’est certain. Si ce n’est pas à cet endroit, ce sera ailleurs, mais Drummondville aura son Blaxton», a ajouté Antoine Rouleau.

Le Blaxton se définit comme un restaurant rassembleur où les bières de microbrasserie sont en vedette et dont le «smoked meat» se démarque par sa saveur unique.

Les copropriétaires du Blaxton sont à la recherche d’un franchisé à Drummondville. (Photo : Blaxton)
Partager cet article