Rétablissons les faits (Tribune libre)

Rétablissons les faits (Tribune libre)

TRIBUNE LIBRE. 1. Monsieur le maire Carrier

Lors due la séance du conseil municipal du 7 septembre de cette semaine, j’ai voulu rappeler à monsieur le maire Carrier son manque de transparence lors de sa présentation le 24 août au Centre Expo devant les représentants du ministère de l’Environnement et de Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

À ce qu’on dit, il y avait plus de 200 personnes présentes dans la salle du Centre Expo. Après une présentation des représentants du ministère, le maire Carrier a été invité à présenter son mémoire. Ce qu’il a fait. Or il s’agissait tout au plus d’un discours basé sur les raisons pour lesquelles la Ville de Drummondville s’opposait au projet de décret favorisant  l’agrandissement du dépotoir de St-Nicéphore à la demande de WM, la compagnie multinationale américaine qui gère ce site.

Il faut comprendre que le ZIS fait fi des pouvoirs de la Ville de réglementer le zonage, il fait fi des référendums et des pouvoirs judiciaires. Et il fait fi de la non-acceptation sociale de la population clairement exprimée.

Beau discours. Mais concernant la zone d’intervention spéciale, le mémoire déposé par la Ville était composé de 2 parties : une première portant sur les raisons pour lesquelles la Ville s’oppose au décret du gouvernement Legault et une deuxième commençant au numéro 6 du mémoire et qui s’intitule «demandes subsidiaires».

Elles sont précédées du paragraphe suivant :

Les sections suivantes présentent les demandes subsidiaires de la Ville, dans l’éventualité où le MELCC adopte le décret déclarant la zone d’intervention spéciale.  Le tout est présenté sans renonciation ni préjudice aux droits et recours de la Ville en cas  d’adoption du décret concernant la zone d’intervention spéciale.

Monsieur Carrier a eu 10 minutes pour sa présentation qu’il a par ailleurs prolongée de 3 autres minutes. Or monsieur Carrier avait amplement le temps de présenter l’ensemble du mémoire, y compris les demandes subsidiaires.

Or il s’est bien gardé d’être transparent vis-à-vis les citoyens qui l’écoutaient. Déjà la salle avait copieusement hué les présentations faites par les membres du ministère. Si les personnes présentes avaient entendu les demandes subsidiaires, le maire Carrier aurait, à son tour, été hué.

Toutes les personnes présentes à ce rassemblement voulaient que la Ville refuse officiellement le projet de décret et ait tout de suite recours aux tribunaux dès son adoption par le conseil des ministres à la rentrée parlementaire. Toutes les personnes qui ont tenté des solutions dites « temporaires » ou de « compromis » se sont fait huer. L’assemblée était très dynamique. Elle a même refusé d’applaudir la présence de monsieur le député Schneeberger… c’est beaucoup dire !

Alors la transparence monsieur Carrier, on repassera.

  1. Monsieur le conseiller

Dans un deuxième temps, je me suis exprimée sur la MRC. Il y a 18 municipalités dans notre MRC. Or je sais que la Ville de Drummondville compte pour 16 votes quand il y a nécessité de voter. Les municipalités rurales auraient voulu s’exprimer le 11 août dernier à propos du poste de la coordonnatrice mise à pied. Elles ont voulu ajouter un point à l’ordre du jour pour échanger sur le sujet. Or la Ville, de tout son poids avec ses 16 votes, à « écrasé » la demande.

Les municipalités rurales sont nos partenaires. On aurait dû les écouter, accepter d’échanger avec elles.

Monsieur Charest du district 2 trouvait que je n’aurais pas dû aborder cette question au conseil municipal. Pourtant, lors de la séance du conseil municipal précédent, on a laissé monsieur Beaupré du « Vingt 55 » s’exprimer longuement sur la question et le maire Carrier faire de même. Deux poids, deux mesures. On fait le coq quand une citoyenne s’exprime, mais on marche à plat ventre quand le journaliste et le maire s’expriment et s’étendent abondamment sur le sujet. Pourtant en pleine séance d’un conseil municipal… Reprenez-vous messieurs. « Quand on s’accommode de l’injustice, celle-ci entre et corrompt toute la maison ».

Michelle Théroux, Drummondville

 ________

Le www.journalexpress.ca publie avec plaisir les opinions de ses lecteurs. Les lettres doivent être courtes, envoyées par courriel et signées avec l’adresse et le numéro de téléphone de l’auteur. Seuls le nom et la localité seront mentionnés. Nous nous réservons le droit de les publier et, au besoin, de les abréger. Les sujets d’intérêt local et régional sont traités prioritairement.

Les opinions émises ne sont pas nécessairement partagées par la direction et ne doivent porter atteinte à la réputation de quiconque. Pour faire connaître votre opinion, il suffit de faire parvenir votre lettre à l’adresse suivante : redaction@journalexpress.ca 

 

Partager cet article