La Maison des arts anticipe une deuxième fermeture

Photo de Emmanuelle LeBlond
Par Emmanuelle LeBlond
La Maison des arts anticipe une deuxième fermeture
La Maison des arts de Drummondville. (Photo : Archives - Ghyslain Bergeron)

CULTURE. Le milieu culturel traverse une série d’obstacles et de bouleversements. La Maison des arts de Drummondville n’en fait pas exception. En vue de l’évolution de la deuxième vague, le lieu de diffusion s’attend à fermer ses portes de nouveau, comme plusieurs diffuseurs à travers le Québec.

«La montée ne sera pas facile. On voyait un petit bout de lumière au bout du tunnel et on dirait que la lumière vient de s’éloigner de nouveau», lâche la directrice générale de la Maison des arts, Marie-Pierre Simoneau.

Cette semaine, le premier ministre François Legault a annoncé que les salles de spectacle qui se situent en zone rouge (palier d’alerte maximale) devaient cesser leurs activités. Capitale-Nationale, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Lanaudière, Laurentides et Montérégie figurent maintenant sur la liste.

Dès que Mme Simoneau a appris la nouvelle, elle a été habitée par un sentiment de contestation et de désolation. «J’ai plein de collègues qui sont là-bas. On a eu une rencontre avec le regroupement national, qui s’appelle Rideau, avec tous les diffuseurs à travers le Québec. J’ai écouté leurs témoignages et il y en a qui parlent de catastrophe. Il y en a qui étaient déjà fragiles et qui tiennent par le bout d’un fil. C’est majeur. Ça a un impact vraiment important sur la continuité de la culture», soutient la directrice générale.

Marie-Pierre Simoneau, directrice générale. (Photo: gracieuseté)

L’équipe de la Maison des arts est consciente que le statut sanitaire de la région du Centre-du-Québec peut changer à tout moment. «Étant donné qu’on a basculé rapidement entre le vert et l’orange, on peut s’attendre à être dans le rouge dans quelques jours. On doute qu’on va devoir arrêter et il faut se préparer à ça», avoue Mme Simoneau, qui préfère envisager toutes les possibilités.

L’effervescence qui habitait le personnel, depuis les derniers mois, a été affectée. «On était dans des plans de relance. On relançait la roue. On prenait beaucoup de risques de mettre des spectacles parce qu’on voulait contribuer à ça, même si les ventes étaient timides. En arrêtant de nouveau, vous n’avez pas idée ce que ça représente pour le calendrier. Il était déjà complètement éclaté et fragmenté. Pour les prochaines semaines, on ne peut plus se permettre de reporter. On va devoir potentiellement annuler. On n’a plus de dates à offrir en 2021.»

Malgré les difficultés, la Maison des arts assure qu’elle saura se relever. «Notre plan d’arrêt est déjà mis sur la table. On avait pris les devants la semaine dernière. On avait travaillé sur notre plan de contingence, c’est-à-dire notre plan de secours advenant une fermeture complète de la Maison des arts. On était déjà dans ces discussions», assure Mme Simoneau.

Lancement de saison

Pour l’instant, la région reste en stade d’alerte. La Maison des arts compte maintenir son lancement de saison, qui est prévu pour le 6 octobre. «Tant et aussi longtemps qu’on reste dans la zone orange, on va poursuivre nos activités», confirme la directrice générale, avec conviction.

Jusqu’à présent, les spectacles présentés au lieu de diffusion se sont déroulés sans anicroche, tout en respectant les mesures sanitaires. «On n’a eu aucun problème depuis le début du mois de septembre. Tout s’est bien déroulé. Tout le monde a collaboré. Les spectateurs sont heureux de rire, d’applaudir et de crier. On a de l’ambiance quand même. On avait réussi à ramener un semblant de stabilité dans notre instabilité», se réjouit-elle.

Concernant la suite, le lieu culturel évalue la situation tous les jours. «Notre capacité de se revirer rapidement a décuplé dans les derniers mois. Nous sommes prêts à réagir si la situation change de manière drastique», conclut Mme Simoneau.

Partager cet article