Un premier cas de COVID-19 au Collège Saint-Bernard

Photo de Emmanuelle LeBlond
Par Emmanuelle LeBlond
Un premier cas de COVID-19 au Collège Saint-Bernard
Collège Saint-Bernard (Photo : gracieuseté)

COVID-19. Le Collège Saint-Bernard (CSB) de Drummondville confirme qu’un membre du personnel a obtenu un résultat de dépistage positif pour la COVID-19, tout en précisant que les risques de transmission demeurent faibles.

«Suite au test positif, la personne a été rejointe par les intervenants sanitaires. La santé publique a communiqué avec nous pour nous donner le protocole à appliquer. Nous avons informé tous les parents de l’école qu’il y avait un membre du personnel qui avait reçu un test positif», soutient Dominic Boisclair, coordonnateur des communications et des événements au CSB, précisant que l’employé a été retiré de son milieu de travail.

Aujourd’hui, les activités du collège se poursuivent comme à l’habitude. «La santé publique a jugé que le risque était faible. Les mesures sanitaires ont été appliquées, soit le port du masque, la distanciation et l’aération des locaux. Toutes les mesures ont été mises en place et appliquées au niveau de cette personne-là», mentionne-t-il.

Le collège d’enseignement privé n’a pas précisé si le membre du personnel provenait du niveau primaire ou secondaire. «Si la santé publique avait jugé que les risques étaient plus élevés, les gens de la classe auraient été informés. Comme la santé publique juge que le risque est faible, c’est transmis à l’ensemble de l’école.»

Le CSB profite de la situation pour rappeler aux élèves, aux parents et aux membres du personnel d’être prudents. «On n’est pas à l’abri de rien. On est susceptible comme tout le monde d’avoir cette situation-là. Ça vient confirmer qu’on doit continuer d’être vigilant. Quand c’est loin de soi, c’est intangible. La réalité est là. Ça vient prouver qu’il faut continuer et garder les mesures telles qu’on les connaît. On a déjà des mesures qui sont sévères et rigoureuses. C’est un rappel de continuer de faire les mêmes règles», conclut M. Boisclair.

Partager cet article