«J’avais l’habitude de pêcher avec lui» – Philippe Halo

«J’avais l’habitude de pêcher avec lui» – Philippe Halo
Philippe Halo, un ami, avait l’habitude de pêcher en compagnie de l’homme disparu. (Photo Ghyslain Bergeron) (Photo : Ghyslain Bergeron)

DISPARITION. Depuis samedi, un pêcheur est recherché dans le secteur du pont Curé-Marchand par les autorités. Dimanche, un ami de l’homme de 74 ans, Philippe Halo, a identifié la canne à pêche et les bottes du disparu après que les plongeurs les ont repêchées des eaux de la rivière Saint-François, près du barrage appartenant à Hydro-Québec.

À toutes les semaines, les deux hommes ont l’habitude de se rendre dans différents «spots de pêche» pour taquiner le poisson. Au fil des ans, une relation d’amitié s’est développée.

«C’est tellement un bon monsieur. Le cœur sur la main et toujours prêt à aider. J’ai l’habitude de pêcher avec lui, alors je peux vous dire que c’est un gars prudent. Mais il serait parti très tôt samedi, alors s’il est tombé, il y a peu de chance qu’une personne l’ait vu», a expliqué M. Halo en scrutant la rivière.

Les recherches pour retracer un pêcheur disparu aux abords de la rivière Saint-François se poursuivent. (Photo Ghyslain Bergeron)

Il a appris la nouvelle de la disparition alors qu’il se trouvait avec d’autres amis, justement en excursion de pêche à l’extérieur de la ville. «On m’a appelé pour savoir si j’étais avec lui. J’ai tout de suite imaginé le pire, car ils ont retrouvé sa voiture. Ça n’avait rien de bon», a-t-il ajouté.

L’ami prétend que le pêcheur recherché aurait pu glisser en s’avançant sur le bord de l’eau. «C’est quand même escarpé et il y a beaucoup de galets. Sa canne n’était pas lancée, car le moulinet était ramené et l’hameçon accoté sur l’anneau (au haut de la canne à pêche). Ses bottes montaient à mi-cuisse et étaient attachées à la ceinture. Alors si l’eau est entrée dans les bottes, c’était devenu lourd. Il a quand même pu les retirer, je crois, c’est pourquoi les policiers ont pu les remonter à la surface. Je suis certain qu’il est là (au pied du barrage). Il a dû manquer d’énergie pour sortir de l’eau. J’espère qu’ils vont le retrouver rapidement pour que la famille puisse passer à autre chose. Une chose est certaine, il sera parti en faisant quelque chose qu’il aimait», a conclu Philippe Halo.

Les recherches se poursuivent

Lundi après-midi, les policiers ont utilisé un drone afin de scruter les eaux de la rivière. Les endroits plus restreints et dangereux ont été passés au peigne fin. L’hélicoptère était de retour en fin de journée pour continuer les recherches.

Les recherches s’intensifient dans le but de retracer un pêcheur septuagénaire disparu depuis plus de 24 heures aux abords de la rivière Saint-François. L’hélicoptère de la Sûreté du Québec et les plongeurs sont mis à contribution. Détails: https://bit.ly/35sajX4

Posted by Journal L'Express de Drummondville on Sunday, September 13, 2020

Les recherches pour retracer un pêcheur disparu aux abords de la rivière Saint-François se poursuivent à l’aide d’un drone (dans le haut de la photo). (Photo Ghyslain Bergeron)
Partager cet article