Masque obligatoire : «Une question de respect»

Masque obligatoire : «Une question de respect»
Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet. (Photo : Jonathan Habashi)

CORONAVIRUS. Les Québécois devront s’y résoudre. À compter du 13 juillet, les usagers du transport en commun ne pourront plus monter à bord sans masque. Le premier ministre du Québec, François Legault, en a fait l’annonce en conférence de presse, mardi.

Ce nouveau règlement s’appliquera à toutes les personnes âgées de 12 ans et plus qui emprunteront l’autobus ou le métro. En ce qui concerne les enfants âgés de 2 à 12 ans, le port du masque dans les transports en commun sera fortement recommandé, mais pas obligatoire. Quant aux bébés de moins de 2 ans, ils ne doivent pas porter de masque compte tenu des risques reliés à cette pratique.

«Depuis le début du déconfinement, le mot d’ordre qu’on s’est donné, c’est d’y aller progressivement. On a d’abord recommandé le port du masque dans les lieux publics, quand on n’est pas capable de respecter le fameux deux mètres. Aujourd’hui, on est rendu à une nouvelle étape. La situation évolue. Je pense qu’on est rendu là», a expliqué François Legault.

François Legault. (Capture d’écran)

«C’est une question de respect, a poursuivi le premier ministre. Le masque, c’est beaucoup plus pour protéger les autres que pour se protéger soi-même. C’est une question de respecter les autres. Une personne qui porte un masque, c’est parce qu’elle respecte les autres. Au cas où elle soit infectée, elle ne veut pas infecter les autres Québécois.»

Par ailleurs, les usagers du transport en commun bénéficieront d’une période de transition de deux semaines. À compter du 13 juillet, un simple avis sera donné aux gens qui ne portent pas de masque. À partir du 27 juillet, l’entrée leur sera toutefois interdite.

«Ça va donner la chance aux gens de se procurer un masque. On va en fournir à certains endroits. Il n’y aura pas de police, mais on va demander aux gens qui gèrent les sociétés de transport d’interdire l’entrée aux gens qui n’ont pas de masque», a précisé François Legault.

Bientôt dans les lieux publics?

Dans les commerces et les autres lieux publics, le port du masque continuera d’être fortement recommandé. «Pour l’instant, je dis bien pour l’instant, ce n’est pas obligatoire. On n’exclut pas de le rendre obligatoire. Ça va dépendre de beaucoup de facteurs, entre autres l’évolution de la pandémie, mais aussi le fait qu’on veut y aller progressivement. C’est l’une des raisons pour laquelle on réussit au Québec. On y est allé progressivement. Les gens s’habituent progressivement», a fait valoir François Legault.

Malgré le déconfinement des dernières semaines, la pandémie est loin d’être terminée, a rappelé le premier ministre. «Quand on regarde le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès, on voit qu’il y a une baisse constante. C’est encourageant, mais il faut rester prudent. C’est très important de respecter les consignes, parce que la dernière chose qu’on voudrait au Québec, c’est de revenir là où on était il y a quelques mois.»

Dans cette perspective, le chef de la Coalition avenir Québec a insisté sur la notion de respect entre les citoyens. «Je comprends que ce n’est pas agréable de porter un masque, surtout l’été. Il fait chaud, mais c’est nécessaire si on ne veut pas revenir en arrière, si on ne veut pas être obligés de reconfiner comme c’est le cas dans certains États aux États-Unis. C’est important de prendre nos précautions.»

«Vous savez, la COVID-19, c’est dangereux. C’est sérieux. Il y a encore des décès. C’est relativement facile de l’attraper d’une personne qui est trop proche. Donc, soyons plus intelligents que le virus. Quand on porte un masque, on n’est pas peureux, on est juste très respectueux», a dit le premier ministre en guise de conclusion.

Partager cet article