Les cinémas n’ouvriront pas avant le 3 juillet

Photo de Emmanuelle LeBlond
Par Emmanuelle LeBlond
Les cinémas n’ouvriront pas avant le 3 juillet
Le cinéma Capitol est fermé depuis la mi-mars en raison de la pandémie du coronavirus. (Photo : archives - Ghyslain Bergeron)

CINÉMA. Le cinéma Capitol et le RGFM ouvriront leurs portes au public à partir du 3 juillet, emboîtant le pas comme la majorité des salles du Québec. Les prochaines semaines seront consacrées aux préparatifs, question de partir sur des bases solides.

«C’est sûr et certain qu’on n’ouvre pas le 22 juin. Il y a une entente qui a été prise entre tous les cinémas de la province, peut-être à l’exception de quelques-uns. Ce qui a été décidé, c’est que tous les cinémas allaient rouvrir en même temps. C’est un geste de solidarité», soutient Annie Hamel, la directrice du Capitol.

Les cinémas de Drummondville doivent s’adapter à la nouvelle réalité, liée au coronavirus. «On va entrer par une porte et sortir par l’autre pour ne pas qu’il y ait des gens qui se croisent. À l’aire de restaurant, les clients vont commander à un poste et ils vont recevoir à côté. Il va avoir des pastilles par terre chaque deux mètres. Il va avoir des stations pour le lavage de main», énumère la directrice générale.

Annie Hamel est la directrice du Cinéma Capitol. (Photo d’archives, Cynthia Giguère-Martel)

L’ouverture amène son lot de préparatifs. «Il faut redémarrer les machines à jus et les machines à slush. Il faut faire un gros travail de nettoyage. Ça va demander beaucoup de temps, affirme Mme Hamel. On a un inventaire qui dort depuis trois mois, on va faire un ménage là-dedans aussi. Il faut commander de la nourriture. Il peut avoir des délais plus longs pour recevoir nos commandes.» D’ailleurs, une partie des employés sera mobilisée pour aider l’équipe.

La disposition du public dans les salles de cinéma est à déterminer. «Il reste encore quelques informations à avoir, à savoir si on condamne un banc sur deux ou si on va se fier à la bonne foi des clients. C’est sûr que tous les clients vont être avisés de garder les distances. On va poser les questions pour savoir s’ils sont d’une même famille, s’ils arrivent tous ensemble», apporte Mme Hamel, qui parle aussi au nom du cinéma RGFM.

Il ne reste plus qu’à espérer que la clientèle soit au rendez-vous, souligne la directrice générale. «Si je me fie à mon entourage et aux gens qui m’ont posé des questions pendant le confinement, les cinéphiles ont hâte. Par contre, on deal avec une réalité particulière. Pour l’ouverture, je ne crois pas qu’il y aura tant de nouveaux films que ça. Ça va prendre un certain temps.»

Mme Hamel rappelle que l’industrie du cinéma a été durement touchée par la pandémie mondiale. «L’industrie a été sur pause. Les tournages ont recommencé, mais ils sont contraints par les mesures sanitaires. Je ne pense pas qu’on va battre des records d’assistance dans les mois à venir, mais c’est un début.»

La directrice générale préfère se ranger vers l’optimisme. «Les gens ont besoin de sortir de la maison et de vivre une expérience autre que d’être assis dans le salon ou dans le sous-sol à regarder des films sur Netflix. Je pense que les gens vont être contents de recommencer leurs petites sorties au restaurant et au cinéma», termine-t-elle.

Partager cet article