Drummondville, capitale du logement social (Tribune libre)

Drummondville, capitale du logement social (Tribune libre)
* (Photo : Illustration, L'Express)

TRIBUNE LIBRE. Drummondville s’annonce depuis plusieurs années comme la capitale du développement. L’année 2020 ne dérogera pas à cette réputation. Fait nouveau, l’année qui débute sera marquée par le développement social. En fait, 2020 sera une année exceptionnelle avec la construction de plusieurs immeubles offrant des logements sociaux.

Les membres du conseil municipal et son maire, Alexandre Cusson, ont mis de l’avant au cours des dernières années une série de mesures ayant pour but de soutenir et de planifier le développement de logements sociaux. Ces logements permettront d’améliorer de façon significative les conditions de vie d’un grand nombre de personnes disposant de faibles revenus, dont des personnes âgées, des personnes handicapées et des personnes en perte d’autonomie.

Le projet phare est piloté par David Bélanger, l’efficace et chaleureux directeur de l’Office d’Habitation Drummond. Il s’agit de la construction de 40 logements comprenant l’accès à une cafétéria. Ces logements seront érigés sur la rue Cockburn, face au Centre Marcel Dionne, site accueillant déjà de nombreux logements sociaux pour personnes à faibles revenus.

Plusieurs autres projets, mis de l’avant par autant d’organismes à but non lucratif, verront le jour en 2020. L’organisme L’Ensoleilvent et son fondateur à la retraite, Daniel Dore, sont à l’origine de la construction dans le secteur Saint-Charles d’un projet de 23 logements sociaux. L’emplacement sera à un jet de pierre du supermarché IGA et des divers services situés à proximité. Ce projet novateur se qualifie d’îlot de solidarité, car il entend favoriser le support mutuel entre les locataires, dont plusieurs en perte d’autonomie, de façon à retarder l’appel et l’utilisation des services publics de santé.

Un troisième projet est celui mis de l’avant par APPARTenance Drummond, une nouvelle corporation à but non lucratif animée par le dynamique Jean Lauzière, lui-même parent d’un enfant ayant une déficience intellectuelle. Le conseil d’administration réunit plusieurs personnes très engagées, dont nombre de parents qui veulent favoriser l’autonomie plutôt que la prise en charge de leur enfant une fois rendu à l’âge adulte. Leur projet est la construction d’un immeuble de 14 unités de logements sociaux. L’érection de l’immeuble est prévue à l’arrière du Boston Pizza sur le boulevard Saint-Joseph. Sa vocation, encore une fois très novatrice, sera de permettre à des personnes adultes présentant une déficiente intellectuelle d’avoir du soutien afin d’acquérir tous les apprentissages nécessaires leur permettant après quelques années de louer leur propre appartement et y vivre de façon autonome.

Enfin un quatrième projet verra le jour en 2020. Celui-ci est mis de l’avant par le célèbre Centre Normand Léveillé et sa directrice, Mme Jocelyne Bérubé. Il s’agit de la construction d’un immeuble de 18 unités de logements sociaux sur le site de l’organisme situé sur le Chemin Hemming. Ce projet de logements permanents s’adresse à des personnes adultes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

En somme, près d’une centaine de logements sociaux seront construits au cours de la présente année. Drummondville pourra donc à juste titre s’afficher en 2020 comme la capitale du logement social. Félicitations à tous ces promoteurs et aux membres de conseil de ville qui ont soutenu ces initiatives. Chapeau à notre maire Alexandre Cusson qui, suite à son départ fin janvier, nous laisse un héritage riche et multiple, incluant des réalisations empreintes de justice sociale.

Guy Châteauneuf, Drummondville

Partager cet article