Le Bloc québécois veut inciter à acheter des aliments locaux

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Le Bloc québécois veut inciter à acheter des aliments locaux
Yves-François Blanchet et Martin Champoux se sont déplacés au Marché public, à Drummondville, vendredi matin. (Photo : Erika Aubin)

POLITIQUE. Le chef du Bloc québécois (BQ), Yves-François Blanchet, et le candidat dans la circonscription de Drummond, Martin Champoux, se sont rendus au Marché public vendredi afin de parler de l’importance d’acheter des aliments produits localement.

«Le BQ est un ardent défenseur de la situation des agriculteurs du Québec. Le parti s’est demandé : «Comment inciter les gens à faire une différence auprès de nos producteurs qui vivent des périodes difficiles?», a lancé Martin Champoux devant une rangée bien remplie de légumes frais. C’est l’achat local qui s’est imposé comme étant la solution.

«J’avais envie de venir ici aujourd’hui, car quand j’habitais à Drummondville, j’étais toujours au Marché public. Si on veut joindre les intérêts économiques du milieu agricole à l’intérêt environnemental, la solution passe par l’achat local», s’est dit d’avis Yves-François Blanchet, qui a été député péquiste de Drummond puis de Johnson entre 2008 et 2014.

Les deux politiciens ont donc profité d’un passage convivial au Marché public pour marteler leur message. Ils se sont ensuite dirigés au centre-ville de Drummondville afin de prendre part au Pogoweek, un événement gastronomique qui met de l’avant les restaurateurs et les produits d’ici.

«Il y a quelque chose que j’aimerais faire : pendant la première année de mon mandat, je souhaite mobiliser des gens afin que l’on se lance le défi de manger des produits d’ici, par exemple à raison d’un repas qui serait 100 % local par semaine. Ce sont des petites actions que l’on peut facilement mettre en place et qui ont un impact concret sur la vie des agriculteurs», souligne le candidat dans Drummond, qui est aussi une figure familière à la barre de l’émission culinaire Qu’est-ce qui mijote.

Les deux politiciens ont abordé le thème du nationalisme alimentaire. (Photo Erika Aubin)

Le BQ à la défense des producteurs de lait

Si les changements climatiques ont leur part de responsabilité dans les difficultés que vivent les agriculteurs, la situation est également criante «à cause de décisions politiques», selon le chef du Bloc.

«Le milieu agricole québécois s’est fait ramasser dans trois ententes consécutives de libre-échange. Pas moins de 8,4 % des parts du marché protégé du lait ont été sacrifiées au profit de l’industrie automobile en Ontario», a souligné Yves-François Blanchet en faisant référence à l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Rappelons que pour contrer les pertes financières des producteurs de lait, le gouvernement du Canada a prévu 3,9 G$ à son budget. Pour l’instant, les producteurs laitiers n’ont toujours pas vu la couleur de cet argent.

«Plus il y aura de députés à Ottawa qui exigent le versement complet et immédiat des compensations promises par le gouvernement libéral, plus on a de chances de l’obtenir. Pour le BQ, ce sera notre première exigence», indique Yves-François Blanchet qui se présente dans la circonscription de Beloeil—Chambly.

Visiblement, l’agriculture de proximité sera un enjeu au cœur de la campagne électorale du Bloc. D’ailleurs, Yves-Francois Blanchet s’est rendu, en après-midi, à l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe pour tenir une deuxième conférence sur le nationalisme alimentaire.

Partager cet article