Facultés affaiblies : un repos en bordure de l’autoroute lui coûte 3000 $

Photo de Frederic Marcoux
Par Frederic Marcoux
Facultés affaiblies : un repos en bordure de l’autoroute lui coûte 3000 $
ll a reçu sa sentence au Palais de justice de Drummondville. (Photo : Depositphoto)

JUSTICE. Se stationner en bordure de l’autoroute 20, pour y faire une sieste, alors qu’il avait les facultés affaiblies, n’a sans doute pas été la meilleure idée d’un jeune homme âgé de 23 ans.

Israël Ouellette a plaidé coupable d’avoir conduit avec les facultés affaiblies à Saint-Germain-de-Grantham le 17 mars dernier. À ce moment, les policiers ont reçu un appel pour leur signifier qu’un véhicule était immobilisé en bordure de l’autoroute 20. L’automobile se retrouvait alors dans une position dangereuse, en raison des mauvaises conditions routières.

À leur arrivée sur place, les policiers ont vu que Ouellette et un passager semblaient dormir. Ils ont immédiatement constaté des signes de facultés affaiblies du côté du conducteur, avant de procéder à son arrestation.

«Votre état n’était pas tellement rassurant sur le bord de l’autoroute 20. Il y a d’autres gens qui passaient et vous étiez un risque. Passez le message autour de vous. On a un devoir social de s’occuper des autres», a déclaré la juge Marie-Josée Ménard, vendredi, au Palais de justice de Drummondville.

La magistrate de la Cour du Québec a entériné la suggestion commune. Israël Ouellette devra payer une amende de 3000 $ dans les 12 prochains mois. Il lui sera interdit de conduire un véhicule à moteur pour une durée d’une année s’il ne se qualifie pas à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour l’obtention d’un éthylomètre.

Partager cet article