Agir tôt, un programme conçu pour aider au développement des enfants

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Agir tôt, un programme conçu pour aider au développement des enfants
Le gouvernement caquiste a présenté aujourd’hui le nouveau programme Agir tôt. (Photo : Erika Aubin)

ENFANCE. Le gouvernement du Québec a présenté ce matin le nouveau programme Agir tôt qui permettra de développer des ressources en dépistage et l’ajout d’une trentaine de postes, dans la Mauricie et le Centre-du-Québec, en intervention auprès des jeunes enfants qui présentent un retard de développement.

En conférence de presse à Drummondville, le gouvernement caquiste a annoncé l’octroi d’un montant de 2,5 M$ pour ce nouveau programme.

Agir tôt vise à identifier le plus tôt possible les difficultés chez l’enfant, à évaluer son profil de développement, à l’orienter vers le bon service et à lui offrir le soutien dont lui et sa famille ont besoin.

«C’est une initiative dont je suis très fier et qui est même devenue une mission personnelle. Si j’ai fait le saut en politique, c’est justement pour ce genre d’initiative, que François Legault m’avait promis», fait savoir Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, qui était neurologue au CHU Sainte-Justine avant de se lancer en politique.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

De nouvelles ressources

Les parents de jeunes enfants auront accès à une plateforme numérique qui regroupe des questionnaires de dépistage sur le développement de l’enfant 0-5. C’est un ordinateur qui analysera «rapidement» les résultats.

Questionné à propos de la fiabilité de cette plateforme, M. Carmant a assuré qu’elle a déjà été testée et que son efficacité était supérieure à celle d’un humain. «Les questionnaires sont sous forme de score. La façon automatisée devient donc plus efficace. Il y a moins d’erreurs que si des humains analysent les résultats à la main, ce qui est assez long à faire», explique Lionel Carmant.

Le gouvernement entend rehausser les équipes d’intervention auprès des jeunes enfants présentant un retard de développement, une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme en créant une trentaine de nouveaux postes.

Parmi les avantages du programme Agir tôt, M. Carmant note, entre autres, de plus courts délais d’orientation, la possibilité d’offrir à l’enfant des services avant même la confirmation d’un diagnostic et une meilleure orientation de l’enfant vers les services requis.

«Une annonce de la sorte, ça nous met le vent dans les voiles», lance Carol Fillion, le nouveau président-directeur général (PDG) du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS).

Partager cet article