À mes concitoyens (Tribune libre)

À mes concitoyens (Tribune libre)
Lettre aux lecteurs (Photo : Illustration, L'Express)

TRIBUNE LIBRE. De plus en plus, on réalise que dans notre société aussi avancée soit-elle, le bruit devient une nuisance nocive dans notre vie au quotidien. Des experts en santé font un lien avec le bruit continuel qui amène avec lui de l’inconfort et un stress supplémentaire, ce qui cause des préjudices à la santé des personnes qui y sont exposées. Et que dire maintenant, si on ajoute à ce bruit la pollution atmosphérique particulièrement dans le contexte de l’urgence climatique qui est le nôtre.

On peut alors prendre la décision de résider dans un endroit retiré en périphérie du centre-ville afin de s’éloigner du bruit et de la pollution. C’est une décision personnelle, mais non moins nécessaire que j’ai prise en venant m’installer ici en 1975 au Domaine du repos (autrefois le Domaine Paradis). Ma famille possédait ce terrain depuis 1960.

Une fois que votre projet de vie se réalise, voilà que le bruit vient vous rejoindre directement chez vous, sans crier gare. C’est ce qui s’est produit depuis quelques années avec l’arrivée d’une école de pilotage qui s’est installée en 2010 près du secteur où mes voisins et moi sommes installés.

Nous avons été envahis au cours des dernières années par les décollages et atterrissages continuels de plusieurs petits avions très bruyants qui survolent nos résidences à toute heure et à de nombreuses reprises tout au long de la journée. Voire même souvent en soirée. Avec le bruit constant de deux et parfois même trois avions qui tournent en rond à basse altitude et en accélération constante de décollage et d’atterrissage, la sensation en est une du ‘supplice de la goutte d’eau’ (il suffit de faire une simple recherche portant sur ce sujet afin de trouver de nombreuses recherches portant sur les conséquences néfastes du phénomène du supplice de la goutte d’eau).

Par ailleurs, ces décollages et atterrissages amènent une énorme quantité de gaz dans le ciel et on sait que ces gaz carburés nous retombent sur la tête; nous respirons toute la journée ce supplément de pollution rejeté dans notre environnement. Tout ça parce que s’est ajouté depuis quelques années une école de pilotage tout près de chez nous. C’est fréquent que nous entendons parler de résidents quittent le secteur notamment à cause des nuisances sonores et de la pollution de l’air, de plus en plus envahissante dans l’atmosphère causée par les avions de l’école de pilotage.

De plus en plus, on réalise que dans notre société aussi avancée soit-elle, le bruit devient une nuisance nocive dans notre vie au quotidien. Des experts en santé font de plus en plus un lien avec le bruit continuel qui amène avec lui de l’inconfort et un stress supplémentaire, ce qui cause des préjudices à la santé des personnes qui y sont exposées. Et que dire maintenant si on ajoute à ce bruit la pollution atmosphérique…

Dans une étude publiée en 2010, Jocelyne Sauvé M.D., la directrice de santé publique en Montérégie précise que le bruit extérieur en haut de 40 décibels peut causer des risques potentiels sur la santé et la qualité de vie des gens. Cette étude doit être lue très attentivement par les responsables municipaux avant de prendre des décisions structurantes concernant le développement de l’aéroport de Drummondville. De même qu’il est impératif de protéger la santé des personnes les plus vulnérables qui sont notamment les enfants (en phase d’apprentissage) et les personnes âgées. Je vous suggère de lire également avec attention la publication de Santé Canada (2017) intitulée «L’air en tête» sur le site : canada.ca/coteairsante.

En conclusion, je me demande à qui profite l’installation de cette institution privée? Certainement pas à ceux qui en subissent tous les inconvénients qui nuisent à notre santé!

Notre santé est le bien le plus précieux que nous possédons. Il est impératif d’agir afin de redonner la paix et la qualité de vie tel que promis aux résidentes, résidents de nos secteurs domiciliaires limitrophes de l’aéroport. Et également de protéger l’air que nous respirons et l’environnement naturel dans nos secteurs résidentiels.

C’est pourquoi, nous appuyons fermement la prise de position du conseil municipal d’interdire les écoles de pilotages sur le territoire de la ville de Drummondville.

Jean Moreau en collaboration avec René Bergeron (Domaine du repos, secteur Saint-Charles de Drummondville)

Partager cet article