Le premier parc universellement accessible nommé parc Stéphane-Chaput

Photo de Erika Aubin
Par Erika Aubin
Le premier parc universellement accessible nommé parc Stéphane-Chaput
Le premier parc universellement accessible à Drummondville a été nommé parc Stéphane-Chaput. (Photo : Erika Aubin)

PARC. Il allait de soi de nommer le premier parc universellement accessible, situé au 1540 rue Sainte-Aimé, en l’honneur de Stéphane Chaput, ce Drummondvillois, décédé en 2012, qui était atteint de paralysie cérébrale.

«Ce n’est pas un nom que nous avons tiré d’un chapeau. Stéphane Chaput mérite que les générations futures se souviennent de lui et de son implication», explique le maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

M. Chaput était un citoyen fortement engagé dans sa communauté et un athlète chevronné en paracyclisme. En mai 2012, alors qu’il était âgé de 44 ans, il a perdu la vie de façon tragique en pratiquant son sport.

«Il était un bénévole très connu et extrêmement apprécié à Drummondville. Il est un exemple de détermination et il est tout à fait logique que la Ville de Drummondville honore sa mémoire», souligne M. Cusson.

«Je suis toujours allé au bout de mes ambitions et malgré les difficultés rencontrées, j’en suis rendu à croire que l’impossible n’existe pas», cite le maire. Cette phrase est celle de Stéphane Chaput, qui a entre autres parcouru le Canada d’est en ouest en tricycle, un périple totalisant près de 7500 kilomètres.

Des membres de sa famille étaient réunis aujourd’hui sous un soleil radieux pour l’événement d’inauguration du parc, adjacent au Centre communautaire Drummondville-Sud.

«C’est une fierté pour nous de voir la mémoire de Stéphane honoré. Ça représente tout le travail qu’il a fait pour l’inclusion des personnes handicapées. Il aurait aimé en faire plus pour l’intégration de ces gens, par exemple dans les milieux de travail, dans le monde du sport ou pour améliorer l’accessibilité des endroits publics», fait savoir la mère de M. Chaput, Ginette Gamelin, qui était visiblement émue.

Sébastien Lepage est heureux de voir que la Ville met des efforts pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

D’ailleurs, un ami de longue date, Sébastien Lepage, était présent à l’inauguration. Ce dernier est lui aussi atteint de paralysie cérébrale. «C’est un grand pas pour les personnes à mobilité réduite. J’espère que ce parc servira à lancer un mouvement d’inclusion sociale», exprime-t-il.

Selon la Ville de Drummondville, le parc Stéphane-Chaput est le premier parc universellement accessible aux personnes à mobilité réduite, mais ne sera pas le dernier. Il était évident qu’il fallait commencer par aménager celui-ci, car le camp de jour du centre communautaire Drummondville-Sud accueille de nombreux enfants qui ont des limitations. D’autres initiatives de la sorte suivront.

Partager cet article