Que de magie et d’émotion à la Divine soirée blanche

Que de magie et d’émotion à la Divine soirée blanche
Ce sont 1250 participans et bénévoles qui ont pris part à la 9e édition de la Divine soirée blanche hier au parc de la Paix. (Photo : gracieuseté Exposeimage)

ÉVÉNEMENT. La Divine soirée blanche, au profit de la Fondation René-Verrier, avait lieu hier au parc de la Paix, près du centre-ville. Pas moins de 1250 personnes se sont rassemblées en ce lieu, toutes vêtues de blanc. La soirée s’est déroulée «sous le signe de la magie».  

«Les gens étaient ravis de se rassembler dans un lieu extérieur, qui est gardé secret jusqu’à la dernière minute. Ça fait deux ans qu’on tenait l’événement à l’intérieur à cause de la température, mais la magie d’une Divine soirée blanche, ça se vit en plein air», lance Marie-Julie Tschiember, directrice générale de la Maison René-Verrier.

Selon elle, les 1250 participants et bénévoles, qui ont vécu des beaux moments d’émotion avant de faire la fête, avaient tous «des étoiles dans les yeux».

Des moments d’émotions pures

Parmi les moments les plus marquants de la soirée : le témoignage de Caroline et Marie-Claude Caya. Les deux sœurs jumelles ont raconté la perte de leur mère, vécue à la Maison René-Verrier en 2017. Emplies d’émotions, elles ont livré leur histoire sous l’attention des 1250 personnes qui les ont écoutées silencieusement.

«Si chaque année on prévoit un témoignage, c’est qu’on veut vraiment que les gens comprennent à quoi sert leur participation à cet événement et il n’y a rien de mieux que de rapporter l’histoire de quelqu’un qui a eu recours à nos soins», explique Marie-Julie Tschiember.

Un autre grand moment d’émotion s’est produit lorsqu’Isabelle Savoie et sa fille Sarah Pelletier sont venues chanter Angel sous la lueur des chandelles. Les deux chanteuses ont également bénéficié des services de la Maison René-Verrier lors de la perte de leur grand-mère maternelle.

«C’était un moment absolument magnifique, en mémoire de tous ceux qu’on a perdus», raconte la directrice générale.

Cette année, la Divine soirée a pris un virage écologique : la traditionnelle envolée de ballons a été remplacée par des chandelles.

«C’est fini les ballons, on prend un tournant vert ! On a vendu des chandelles que les gens ont allumées tous ensemble devant la grande scène». Mme Tschiember confirme que les chandelles feront désormais partie de la tradition.

Pour cette 9e édition, un montant de 160 000 $ sera remis à la Fondation René-Verrier, qui a pour mission d’offrir gratuitement des soins de fin de vie.

«Grâce à nos commanditaires qui financent l’organisation de la soirée, 100 % du prix que paient les participants pour leur billet est redonné à la Fondation», tient à souligner Mme Tschiember.

En date du 27 juin dernier, exactement 600 personnes, et leur famille ont pu bénéficier des soins palliatifs de la maison depuis son ouverture en 2015.

Bientôt 10 ans de festivités

L’an prochain marquera le 10e anniversaire de la Divine soirée blanche. Même si Mme Tschiember n’a pas voulu dévoiler de détails sur la prochaine soirée, elle sait déjà qu’elle sera unique.

«On connait le lieu extérieur de la 10e édition. C’est un endroit auquel on pense depuis un moment, mais que l’on a décidé de garder justement pour les 10 ans de la Divine soirée. Ça va être grandiose», pressent Marie-Julie Tschiember.

Hier avait lieu la 9e édition de la Divine soirée blanche.
Partager cet article